Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

« Altitude expériences », téléphérique avec vue à Tignes

le - - Savoie

« Altitude expériences », téléphérique avec vue à Tignes
DR - Le nouveau téléphérique de la Grande Motte et sa terrasse panoramique

Dans le prolongement du funiculaire, le nouvel équipement de la Grande Motte s'intègre au projet global de la station qui, associée au parc de la Vanoise, cherche à développer une activité touristique « quatre saisons » en adéquation avec son environnement.

Juste avant l'ouverture de la saison des sports d'hiver qui, à Tignes, débute dès l'automne, un nouveau téléphérique a été inauguré sur le glacier de la Grande Motte en même temps que le projet global dans lequel il s'inscrit. Baptisé « Altitude expériences », ce dernier bénéfice d'un investissement de 17 M€. Il s'agira d'un parcours « ludique et pédagogique », débutant à la gare du funiculaire de Tignes, à 2 100 m d'altitude, pour atteindre le glacier à 3 032 m, puis regagner le sommet à 3 546 m. Ce qui en fait le téléphérique le plus élevé du genre, avec une terrasse offrant, entre ciel et terre, une vue unique à 360° sur l'un des plus beaux panoramas des Alpes françaises.

Remplaçant l'ancien équipement, qui avait ouvert au milieu des années 1970, il a été conçu pour résister aux contraintes météo de très haute altitude. Sa conception a été réalisée en Suisse par l'entreprise Garaventa (groupe Doppelmayr), qui a fait appel aux technologies les plus avancées en matière de confort, sécurité et performance (deux cabines de 100 places pour un débit de 1 000 personnes/heure).

Une vison « raisonnée »

Pour Dominique Marcel, président de la Compagnie des Alpes, dont la STGM (Société des téléphériques de la Grande Motte) est une filiale, il s'agit d'une belle illustration de ce que l'on peut faire pour « relever le défi du réchauffement climatique », non seulement grâce à de nouveaux équipements, mais aussi en les intégrant à « l'environnement et sa valorisation ». Dans cette optique, il n'était pas acquis de « faire converger les exigences économiques et les ambitions de protection du cadre naturel », comme cela a été réalisé à travers le partenariat mise en place avec le parc national de la Vanoise. La présidente de ce dernier, Rozenn Hars, se félicite aussi de ce rapprochement. Il est d'ailleurs symbolique que cette avancée s'effectue sur le seul site du parc qui, historiquement, avait été équipé de remontées mécaniques par dérogation. C'est un juste retour des choses que puisse être initiée une action de sensibilisation été comme hiver, comme c'est déjà le cas dans le grand hall d'accueil et le hall d'entrée du funiculaire et le sera progressivement aux différents étages du projet. Une façon de « repenser note attractivité touristique en toutes saisons », souligne pour sa part le maire de Tignes, Christophe Vitale, conscient que l'avenir passe par là. « Face au recul glaciaire, nos périodes de ski estivales et automnales se réduisent et perdent en qualité, remarque de son côté Nicolas Provendie, directeur de la STGM. Nous devions trouver comment maintenir le plus durablement possible l'activité sur le territoire. Parallèlement à cela, nous avons constaté que nous ne possédions pas de produit touristique permettant de mettre en valeur ce lieu unique et exceptionnel perché au cœur du parc national de la Vanoise. Il était donc nécessaire d'adapter notre offre dans son ensemble, à partir d'une vision raisonnée ».

***

Conjuguer enjeux écologiques et économiques

« On ne protège jamais aussi bien que lorsque l'on partage », explique Eva Aliacar, directrice du parc national de la Vanoise, estimant que le plus important est de sensibiliser le plus grand nombre à la protection du cadre naturel. Interview.

Que représente pour vous ce projet « Altitude expériences » ?

Il s'agit d'un véritable exemple de ce qu'il est possible de réaliser entre protection de l'environnement et économie touristique, prouvant qu'une réflexion menée ensemble permet de se projeter dans l'avenir. L'opportunité est belle d'avoir des aboutissements qui répondent à la fois aux enjeux économiques et écologiques. C'est aussi la méthode qui a été déterminante, le projet s'étant conçu en co-construction, petit à petit, par rapport aux attentes des uns et des autres.

Quel rôle a joué concrètement le parc national de la Vanoise ?

Nous avons agi sur deux tableaux. Le premier était plutôt un rôle de coordinateur et « d'ingénierie réglementation », qui consistait à piloter le groupe et faire en sorte qu'à chaque étape du projet, toutes les contraintes réglementaires et les contenus des dossiers de demande d'autorisations soient bien clairs et cohérents, mais aussi que le porteur de projet ait, autour de la table, l'ensemble des protagonistes ayant un avis à donner sur le projet. L'autre rôle s'est porté sur le volet d'éducation et de sensibilisation à l'environnement et l'apport de contenus d'information.

Le fait de faciliter l'accès à une zone si fragile ne vous semble pas contradictoire ?

C'est un lieu qui se trouve dans une position géographique inédite : un 360° sur le parc de la Vanoise et trois réserves naturelles nationales contiguës. La question de limiter l'accès ne se pose pas aujourd'hui : le site est accessible pour de nombreuses raisons, c'est un constat. L'enjeu est donc de faire de sa fréquentation une opportunité pour sensibiliser le plus grand nombre à l'environnement. Il faut pouvoir tirer le meilleur de cette situation, sachant que l'on ne protège jamais aussi bien que lorsque l'on partage. Donc partageons cette exception pour que le public prenne plus conscience des enjeux et ait envie de protéger son environnement.

Peut-on y voir une nouvelle façon d'aborder les enjeux du tourisme et de l'écologie ?

C'est en effet une transition qui permet de nouveaux modèles, valorisant davantage un tourisme écologique en adéquation avec les attentes du public. Ce dernier est en recherche de nature, de déconnexion et de reconnexion avec lui-même. Il cherche aussi à mieux comprendre son environnement et il est friand de sciences vulgarisées et ludiques, ce qu'entend apporter « Altitude expériences ». Nous avons engagé une démarche qui vise à rendre les portes et les entrées du parc plus attractives, plus éducatives et plus ludiques. Ce travail sur la Grande Motte avec la STGM en est vraiment la concrétisation, nous permettant d'être cohérents à la fois avec la protection de l'environnement et les attentes des touristes, et en adéquation avec un modèle économique pour les stations.

***

Un fil rouge sur plus de 2 000 m de dénivelé​

Les concepteurs du projet, architectes et designer du territoire, ont fait en sorte qu'à chaque étage du parcours, des clés de lecture permettent de mieux appréhender le milieu naturel entourant les installations du site.

Pour répondre avec succès à l'appel d'offres du projet « Altitude expériences », une équipe s'est constituée, capable de proposer « une solution tout compris ». C'est ainsi que SAVA 5 a vu le jour, présidée par Isabelle Chapuis Martinez avec, comme co-directeur, Étienne Martinez (tous deux issus d'ICM architectures, à Aix-les-Bains) et Bertrand Claeyssen, de Territoires avenir (Le Bourget-du-Lac).

Entre les architectes et « le designer territorial », la volonté a été de mettre au point une conception globale qui soit validée tant par les instances administratives – les mairies concernées (Tignes, Termignon et Champagny-en-Vanoise) et l'État, par le biais de l'architecte de la direction départementale des territoires –, que par les partenaires du projet, la STGM et le parc national de la Vanoise. « Il s'agissait d'instaurer un dialogue conciliant les intérêts de chacun et susceptible d'anticiper le devenir de la station et de son environnement ».

À partir de là, SAVA 5 a réuni des professionnels savoyards de différents corps de métiers du Bâtiment et des Travaux publics, ayant les compétences voulues et capables de tenir les délais, toujours assez courts en montagne et rythmés par la saisonnalité. L'équipe s'est adjointe également les services d'un spécialiste de la signalétique, le Belge Kristof Famen (société Wallrus), ayant œuvré notamment à Val d'Isère.

Pour une intégration optimale

Cette année, l'habillage et le relooking de la gare du funiculaire en tant que « destination glacier » ont été réalisés. Un vaste hall d'accueil décline désormais la thématique « Altitude expériences » (voir photo page 14). L'aspect acoustique a été soigné, ainsi que l'accessibilité, avec une rampe pour les traîneaux de secours. Tous les ouvrages auront par ailleurs un accès facilité pour les personnes à mobilité réduite accompagnées.

L'an prochain, des aménagements seront réalisés, dans le même esprit, à la gare d'arrivée du funiculaire et sur sa terrasse. Puis, les années suivantes, place à la réfection des belvédères et passerelles, comme celle dite du Bouquetin, qui propose une avancée suspendue de 15 m à plus de 3 000 m d'altitude au-dessus du glacier, ou encore la passerelle d'envol du gypaète, permettant de localiser, 500 m en contre-bas, les secteurs de nidification du grand vautour emblématique des Alpes.

Tout autour des bâtiments, réhabilités pour un impact minimal et une optimisation de leur intégration dans le paysage, un sentier de découverte sera installé pour aider à la compréhension de cet environnement fragile. Il surplombera l'étage alpin et s'ouvrira sur l'étage nival, dit « des neiges éternelles ».

Sur plus de 2 000 m de dénivelé, le projet « Altitude expériences » entend ainsi renouer le fil entre les différents niveaux de l'univers montagnard, tout en donnant des clés de lecture aux visiteurs, qu'il soient skieurs, randonneurs ou simples promeneurs.




Bruno FOURNIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer