Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

« Les artisans du Bâtiment ne doivent pas être les grands perdants de la réforme »

le - - Actualités

« Les artisans du Bâtiment ne doivent pas être les grands perdants de la réforme »
© Afabat

Éric Grimoud, président de l'AFABAT, issu de la fusion de l'ARFABA (Auvergne) et de l'AFABRA (Rhône-Alpes et PACA), présente ce nouvel opérateur de formation continue et alerte sur les dangers de la réforme.

Présentez-nous l'AFABAT (Association pour la formation dans l'artisanat du Bâtiment), qui a vu le jour le 1er janvier ?

Elle découle d'une volonté réelle de nos deux organismes et de leurs deux présidents – Alain Schultz pour l'Auvergne et moi-même pour Rhône-Alpes) – de travailler ensemble pour être plus performants et répondre aux nouveaux enjeux de la réforme. Cette envie ne date pas d'hier et s'est déjà concrétisée par l'achat commun, il y a deux ans, d'une structure de formation dotée de huit plateformes pédagogiques mobiles dédiée aux énergies renouvelables, qui nous a permis de nous rapprocher de nos stagiaires.

L'AFABAT propose une offre de formation complète, conçue par et pour les artisans du Bâtiment, leurs salariés et leurs conjoints. C'est un outil reconnu par la branche sur lequel s'appuient les Capeb pour assurer la montée en compétences des entreprises, au travers de formations aux évolutions des métiers, avec l'intégration de nouveaux modes constructifs, de nouvelles technologies et de nouvelles normes. Nous sommes implantés sur vingt départements du Sud-est de la France, principalement en Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne et Paca, et sommes certifiés par l'ISQ-OPQF depuis 2016 pour la qualité des formations dispensées.

À qui destinez-vous vos formations et comment se déclinent-elles ?

La spécificité de l'offre AFABAT est qu'elle concerne toutes les fonctions et professions des entreprises du Bâtiment, du secrétariat jusqu'au personnel très technique, en passant bien sûr par le chef d'entreprise. Nous sommes résolument tournés vers l'évolution des métiers, le développement durable, les énergies renouvelables et le bâtiment de demain, à énergie positive et conçu avec le BIM… Nous travaillons également beaucoup sur la proximité, en nous attachant à fournir une offre identique, dans les grandes métropoles comme dans des territoires plus ruraux. C'est pourquoi nous disposons de correspondants AFABAT dans chaque département.

Les durées peuvent varier d'une journée à plus de 50 jours selon le type de formation. Nous nous adaptons au rythme et aux contraintes des entreprises. Nos formations techniques s'attachent à l'apprentissage du geste métier, qui confère à l'apprenant une réelle autonomie, à la différence des formations proposées par les fabricants qui se concentrent sur un produit, une marque particulière. Nous considérons que c'est aux stagiaires de choisir avec qui ils veulent travailler.

Quel est votre avis sur la réforme de la formation professionnelle et comment allez-vous vous orienter ?

Une réforme tous les deux ans, c'est trop. Cela génère des dysfonctionnements, comme celui qui vient de conduire le FAF, qui finance la formation des chefs d'entreprises artisanales, à suspendre ses engagements le 15 mars dernier. C'est un signal très négatif qui est envoyé aux entreprises.

Par ailleurs, on peut approuver la volonté des pouvoirs de vouloir tirer la profession vers le haut par la qualité, mais cette qualité a un coût que tous les organismes ne peuvent pas supporter. Elle impose en effet d'investir en ingénierie pédagogique, en technologie, en formation des équipes, elle demande globalement des effectifs plus conséquents pour répondre aux nouvelles exigences. Or, dans le même temps, les priorités de financement ne favorisent clairement plus la formation continue. L'équation est donc difficile à résoudre pour continuer à offrir les tarifs qui permettent à nos clients, artisans et PME du Bâtiment, de se former. On voudrait nous convaincre que la formation digitale (à distance) est LA solution. C'est faux. D'une part, le coût de revient d'une formation à distance est bien plus élevé qu'une formation présentielle et, d'autre part, on n'a pas encore prouvé les vertus de cette pédagogie dans notre secteur et pour notre public. Les artisans du Bâtiment ne doivent pas être les grands perdants de la réforme. Et les pouvoirs publics ne doivent pas oublier qu'ils ont misé sur eux pour réussir le grand chantier de la transition énergétique.

Ensuite, le nouveau référentiel qualité ne nous fait pas peur : étant déjà certifié ISQ-OPQF nous disposons déjà d'une certaine avance en termes de ressources. Le fait de se regrouper nous aide, nous avons pu embaucher une personne entièrement dédiée à la qualité.

Est-ce que la méthode d'enseignement va changer ?

Nous avons aujourd'hui la nécessité de faire évoluer l'offre, de développer par exemple la formation par blocs de compétences et les parcours certifiants pour notre public actuel, mais aussi pour intéresser les demandeurs d'emploi et les personnes en reconversion aux métiers du Bâtiment. Aujourd'hui nous revendiquons la pertinence de nos modules présentiels, mais nous sommes aussi attentifs aux innovations pédagogiques, pourvu qu'elles soient profitables à nos stagiaires. Notre réseau national (l'Union des ARFAB) nous permet de partager nos expériences, d'échanger nos idées et de travailler collectivement sur ces évolutions, en plaçant toujours le stagiaire au centre de nos préoccupations. On adapte ainsi progressivement nos contenus pour les rendre plus interactifs, plus visuels, non répétitifs. Le tout sans oublier l'humain : la formation est un lieu d'apprentissage mais aussi d'échanges et de renforcement des réseaux.

L'AFABAT en chiffres

3 M€ de CA

Un catalogue de 150 formations

5 000 stagiaires par an

100 000 h de formation dispensées annuellement

+ 30 salariés permanents

8 plateformes pédagogiques dédiées aux énergies renouvelables habilitées par Qualit'ENR

Taux de satisfaction des stagiaires : 98 %




Charlotte ROBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer