Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

3 questions à Alexandre Schmidt, président de la Fnaim du Rhône

le - - Rhône

3 questions à Alexandre Schmidt, président de la Fnaim du Rhône
DR

« Il faut organiser sans tarder des états généraux du logement ». Convaincu que les professionnels de l'immobilier peuvent apporter leur pierre à la construction d'une ville plus harmonieuse, Alexandre Schmidt invite les élus locaux et nationaux à les solliciter plus activement.

Qu'attendez-vous du prochain PLUH ?

Je crois qu'il faut avant tout faire preuve de plus d'ambition. Nous avons aujourd'hui un PLUH qui est fait en concertation avec l'ensemble des maires de la Métropole, ce qui est logique et parfaitement démocratique, mais chacun a sa vision du logement et ses propres impératifs politiques. De ce fait, lorsque tout cela est condensé dans un seul document, l'ambition générale s'en trouve freinée, même si la démarche globale est cohérente. Nous savons que le territoire métropolitain accueillera quelque 78 000 habitants supplémentaires dans les dix prochaines années. Ce n'est pas rien, d'autant qu'il va falloir loger toutes ces personnes. Dans ces conditions, je trouve étonnant que l'on choisisse de ne pas faire d'immeubles de plus de trois étages à Sainte-Foy-lès-Lyon, par exemple, parce que telle est la volonté de la municipalité. Cela me semble totalement inadapté aux enjeux collectifs auxquels nous devons faire face. Si on acceptait deux étages supplémentaires sur les constructions réalisées dans cette commune, on ferait un pas dans le sens de l'intérêt général de la Métropole, sans défigurer le paysage urbain pour autant. C'est en ce sens que je parle de manque d'ambition.

La Métropole ne vous sollicite pas lorsqu'elle engage des réflexions sur ces sujets ?

Si, bien entendu. Nous avons planché avec les autres acteurs dans le cadre de la concertation autour du futur PLUH. Mais nous avons l'impression que les informations que nous donnons, et qui sont issues de nos remontées de terrain, pèsent d'un faible poids face aux desiderata des élus qui ne veulent pas densifier l'habitat sur leur territoire. L'exemple de Tassin est à ce titre tout à fait symptomatique. C'est une commune qui doit absolument poursuivre son travail d'urbanisation, même si je reconnais qu'elle a déjà beaucoup fait ces dernières années. Hélas, des pressions politiques font que les options les plus logiques ne sont pas retenues. Et ces choix favorisent l'étalement urbain, alors que tout indique que nous devons densifier nos villes.

Vous évoquez l'organisation d'états généraux du logement ; pourquoi, avec qui et avec quelle ambition ?

Aujourd'hui nous avons le sentiment que nos politiques ne prennent pas totalement la mesure de l'impact qu'a réellement le logement sur la vie des gens. Ils le voient comme une fonction, mais ils ne saisissent pas son rôle sociétal. Certes, nous avons un ministre en charge du Logement qui semble maitriser son sujet. Mais cela ne suffit pas. Nous, professionnels du secteur, nous sommes au contact quotidiennement des personnes qui vivent dans ces logements ou qui en cherchent. Il serait bon que nous puissions faire remonter les informations et les remarques qu'ils nous transmettent, les demandes qu'ils expriment… L'État doit tout mettre sur la table et remettre à plat la filière, afin de définir ce qu'il faut faire et comment il faut le faire. Voilà pourquoi nous voudrions que le gouvernement réunisse la filière dans son ensemble à l'occasion de véritables états généraux du logement, pour aborder l'ensemble des problèmes qui se posent avec tous ceux qui œuvrent dans cet univers. Je rappelle quand même que la filière Logement représente aujourd'hui plus de 2,5 millions d'emplois en France.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer