Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

3 questions à Brice Guérin, responsable Contrôle de gestion à la Clinique du Val d'Ouest Écully

le - - Rhône

3 questions à Brice Guérin, responsable Contrôle de gestion à la Clinique du Val d'Ouest Écully

L'établissement de santé a participé à la 2e Rencontre régionale du Réseau santé environnement. Lors de ce rendez-vous organisé par l'Ademe, la Clinique du Val d'Ouest a présenté l'action mise en place pour réduire ses déchets.

Dans quelles circonstances avez-vous débuté votre programme de réduction des déchets ?

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a initié une campagne en direction des établissements de santé autour de trois thématiques : les déchets, la restauration et les achats responsables. C'est dans ce cadre que nous avons été contactés et que nous avons répondu favorablement à la proposition d'accompagnement de l'Ademe. Nous avons choisi de travailler sur la réduction des déchets, car nous avions des progrès à faire dans ce domaine. La Clinique du Val d'Ouest est un établissement de taille moyenne et nous n'avons donc pas forcément les moyens et les compétences pour travailler la question du développement durable...

Comment s'est déroulé l'accompagnement de l'Ademe ?

L'Ademe a réalisé un diagnostic sur nos déchets et nous avons mis en place un groupe de travail pluridisciplinaire au sein de l'établissement. L'analyse a mis en évidence une masse de déchets globale relativement élevée. Nous avons eu accès à des ratios de comparaison avec d'autres établissements. Sur nos déchets ménagers, nous avons donc créé de nouvelles filières de revalorisation en mettant en place le recyclage des papiers et en travaillant avec nos fournisseurs sur le recyclage des biberons jetables. Nous avons également agi sur nos déchets d'activités de soins à risque infectieux (DASRI), dont le volume était trop important, en lançant une campagne d'informations. En regardant dans les poubelles des DASRI, nous avons constaté que certains déchets n'auraient pas dû s'y trouver... Nous avons donc mis à jour nos référentiels et fait de la sensibilisation avec notre hygiéniste pour bien expliquer les consignes et former nos personnels. L'ensemble du projet a nécessité six mois de travail et les bénéfices ont été visibles rapidement.

Quels résultats avez-vous obtenu et envisagez-vous de nouvelles actions ?

Nous avons enregistré une baisse de 10 à 15 % de nos déchets, dont une forte diminution, de l'ordre de 50 %, de nos déchets d'activités de soins à risque infectieux. Le coût des déchets par journée d'hospitalisation a ainsi diminué de 25 %. À l'échelle de notre établissement, l'économie se chiffre à 18 000 € par an, soit 20 % de notre budget déchets. Pour parvenir à ce résultat, nous avons investi environ 6 000 € pour l'achat de bacs spécifiques dédiés au recyclage du papier. Le temps Homme pour cette opération a été évalué à une personne à temps plein un jour par semaine pendant six mois.

Nous voulons nous structurer davantage pour poursuivre nos efforts en faveur du développement durable, notamment sur le volet des économies d'énergie. Nous avons déjà installé l'éclairage Led dans nos 22 000 m2 de bâtiments pour baisser notre consommation électrique et nous avons équipé les douches de pommeaux spécifiques pour économiser l'eau. Pour améliorer nos pratiques, les échanges d'expériences du Réseau santé environnement sont très intéressants.




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer