AccueilRhône3 questions à Hugo Meunier, fondateur de Merci Raymond, start-up spécialisée dans la végétalisation

3 questions à Hugo Meunier, fondateur de Merci Raymond, start-up spécialisée dans la végétalisation

Créée en 2015, Merci Raymond rassemble des paysagistes, jardiniers, scénographes, ingénieurs agronomes, designers et ébénistes qui veulent rendre les villes plus vertes. La start-up a réalisé son premier projet lyonnais pour Nextdoor en végétalisant l'espace de coworking du Grand Hôtel-Dieu.
3 questions à Hugo Meunier, fondateur de Merci Raymond, start-up spécialisée dans la végétalisation
DR

Rhône Publié le ,

Comment avez-vous travaillé la végétalisation de l'espace Nextdoor ? Quels étaient les défis à relever ?

C'est un travail de plusieurs semaines, car nous avons d'abord mené une réflexion profonde sur la scénographie et l'architecture d'intérieur avant de concrétiser le projet. Les principaux objectifs de la végétalisation étaient d'apporter du bien-être, pour que les utilisateurs bénéficient d'un cadre de travail agréable, et de créer des séparations grâce aux végétaux, pour améliorer l'isolation sonore sans avoir à poser des cloisons. Dans un espace de 4 000 m2, nous avons mis en place quelque 90 arbres et plantes en choisissant des plantes autonomes via des terrariums, qui sont de véritables écosystèmes sous bulle de verre, et des plantes grasses telles que les succulentes, qui nécessitent seulement un arrosage mensuel et offrent de la verdure à l'année. Merci Raymond collabore depuis deux ans avec Nextdoor et a végétalisé plus de 38 000 m2 d'espaces collaboratifs sur sept sites. Nextdoor, qui est très attentif à la question du bien-être et à la révolution végétale, a d'ailleurs établi une charte végétale interne.

Quels sont les enjeux autour de la végétalisation des espaces de travail et pourquoi avez-vous de plus en plus de demandes ?

Selon l'Insee, 96 % des Français déclarent que le contact avec les plantes est un élément important pour leur équilibre quotidien. Notre mission de végétalisation concerne aussi bien les espaces extérieurs, dans les rues ou sur les toits, que les espaces intérieurs, pour créer des îlots de fraîcheur en milieu urbain. Dans l'entreprise, les espaces de travail végétalisés entraîneraient une baisse de 10 % du taux d'absentéisme, ainsi qu'une hausse de 15 % du bien-être des collaborateurs et de 6 % de leur productivité d'après une étude américaine de l'Université de l'Oregon. Toutes ces données prouvent que le végétal n'est pas uniquement décoratif. Nous constatons clairement ce besoin de se reconnecter à la nature. La végétalisation participe aussi à recréer du lien social et à faciliter les échanges entre les collaborateurs.

Avez-vous d'autres projets en cours dans l'agglomération lyonnaise ou en Auvergne-Rhône-Alpes ?

Aujourd'hui, notre équipe de dix collaborateurs est basée à Paris. Lyon pourrait devenir notre prochain terrain de jeu et nous sommes en réflexion pour nous implanter. Nous avons d'ailleurs d'autres projets dans les tuyaux qui doivent encore rester secrets pour le moment. Notre activité autour de la végétalisation des lieux, et notamment des bureaux, intéresse les entreprises, mais nous avons d'autres services à proposer. Rendre les villes plus vertes est l'affaire de tous et pas uniquement des collectivités. Nous voulons stimuler la main verte et inciter chacun à s'impliquer. Pour cela, nous avons développé des animations et des ateliers pour apprendre à verdir son environnement. Nous avons également une action d'agriculture urbaine avec la création de potagers verticaux pour cultiver ses fruits et légumes, dans le cas d'un restaurant par exemple, ou de ferme pédagogique pour fédérer des habitants autour d'un projet.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?