Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

3 questions à : Maurice Bufalo : directeur technique chez Valerian/ Spie Batignolles

le - - Actualités

3 questions à : Maurice Bufalo : directeur technique chez Valerian/ Spie Batignolles

Suite à sa participation à la Journée scientifique et technique du CFMS et du CFBR en mai dernier dans les locaux d'Indura, à Villeurbanne, Maurice Bufalo revient sur la technique du compactage et ses méthodes de classification, qui mériteraient une importante remise à jour.

Quelles sont les différentes techniques de vibration des compacteurs sur les chantiers ?

En gros, on a trois grandes familles. La première, c'est la vibration circulaire non-dirigée, système datant des années 1960 : on a un balourd muni d'une masse avec excentricité qui tourne sur l'axe de la bille et qui lui donne une vibration. La deuxième famille, qui a fait son apparition dans les années 1990, c'est la vibration dirigée, avec des balourds situés en dessous de l'axe de la bille et qui ne tournent pas forcément dans le même sens ; en jouant sur l'orientation des vibrations, on va pouvoir orienter la frappe comme on le souhaite. La troisième famille, la vibration oscillante, est elle aussi apparue dans les années 1990 avec deux balourds orientés à 180° l'un de l'autre qui tournent dans le même sens. À noter qu'il existe aussi des compacteurs à énergie variable, avec un balourd dont on peut faire varier l'excentricité, et d'autres systèmes beaucoup plus sophistiqués permettant de faire varier l'amplitude en continu, avec un contrôle effectué par le compacteur lui-même. Dernier progrès que l'on a pu observer sur les chantiers, c'est le fameux contrôle par GPS. Ce type d'appareils peut être utilisé sur des opérations très sensibles, où il est important de garantir la qualité du balayage.

Sur quels documents techniques vous appuyez-vous ?

Au départ sur la Recommandation pour les terrassements routiers, éditée en 1976, puis, à partir de 1992, sur le Guide de réalisation des remblais et des couches de forme (ou GTR), permettant de classifier l'ensemble des compacteurs vibrants en fonction de l'amplitude à vide de la bille et de la masse par longueur de génératrice de la bille. Ce document a été réalisé sur la base d'essais pratiqués par le Centre d'essais de recherche de Rouen dans les années 1975 et qui ont permis de mesurer, sur le terrain, les performances d'un compacteur vibrant en profondeur. On peut logiquement se poser des questions : les nouvelles générations de compacteurs vibrants sont-elles correctement classées ? Utilisons-nous bien tout leur potentiel ? Un groupe de travail s'attache actuellement à réviser le GTR, afin notamment de prendre en compte la norme européenne des terrassements, qui devrait sortir incessamment sous peu.

Que faire pour s'adapter en attendant ?

Comme on a des compacteurs que l'on connaît encore mal, il faudrait à mon sens réaliser systématiquement des planches d'essais sur chantier pour définir les performances des compacteurs vibrants pour chaque famille de matériaux – en gros, on se fait notre propre référentiel, bien que cela constitue une régression par rapport au GTR. La deuxième solution serait de faire étalonner les nouveaux compacteurs sur la base des planches d'essais et des réelles performances qu'ils ont sur des familles de matériaux représentatifs, et non des matériaux faciles à compacter. Et l'idée serait de confier cette opération à un organisme agréé qui certifiera la classe (V4, V5, etc.). Pourquoi pas celui qui s'est occupé de la classification en 1975, le CER de Rouen, capable de faire des essais en vraie grandeur et de concevoir des ouvrages expérimentaux à l'échelle 1:1 ou 1:2 en labo ou in situ ?




Charlotte ROBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer