Accueil3 questions à Paul Galonnier, Représentant des métiers de l'ingénierie dans le Syntec Auvergne-Rhône

3 questions à Paul Galonnier, Représentant des métiers de l'ingénierie dans le Syntec Auvergne-Rhône

Celui qui est aussi président de la société lyonnaise Présents espère que les prochains mois déboucheront sur une relance de l'investissement, qui permettrait de confirmer la dynamique enregistrée par les entreprises de la région depuis l'année dernière.

Publié le ,

Les métiers de l’ingénierie ont-ils échappé à la morosité qui a caractérisé la période récente ?

Nous sortons d’une période compliquée, qui a été marquée par deux années difficiles en 2014 et 2015. En revanche, nos entreprises ont retrouvé le chemin de la croissance en 2016. Ce n’est pas anodin et je crois que les décideurs régionaux devraient prendre des décisions fortes pour accompagner cette dynamique, car notre secteur d’activité est fortement créateur d’emplois. En région Auvergne-Rhône-Alpes, il pèse environ 4,5 Md€ de chiffre d’affaires et emploie déjà quelque 35 000 salariés. Et chaque année, les sociétés d’ingénierie de notre région recrutent plus de 3 000 personnes.

Comment pourrait se traduire cet effort en faveur de votre secteur d’activité ?

En tout premier lieu par la relance de l’investissement, car notre pays souffre depuis quelques années d’une chute drastique de l’investissement public. Un déficit incontestable, dont les effets sont terribles. En 2008, la France se classait au 4e rang mondial pour la qualité de ses infrastructures, mais en 2015 elle a chuté au 10e rang. Et pour cause : la moitié des réseaux d’eau potable ont plus de 40 ans, un pont est mis hors service chaque jour, 4 000 kilomètres de voies ferrées sont ralentis pour des raisons de sécurité… Ce constat, que nous avons fait au niveau national, n’épargne pas la région Auvergne-Rhône-Alpes. Nous proposons donc de relancer l’investissement public pour financer des projets de réhabilitation des infrastructures et des bâtiments existants, mais aussi pour lancer de nouvelles constructions innovantes. En augmentant la part de leur budget réservée aux investissements, les collectivités de la région accroîtraient la compétitivité économique de l’ensemble du territoire. Par ailleurs, nous proposons la mise en œuvre au plus vite du BIM par tous les professionnels du Bâtiment et des Infrastructures, qui confère une valeur additionnelle incontestable aux ouvrages.

Au-delà de la relance de l’investissement public, quelles sont les attentes des métiers de l’ingénierie pour l’avenir ?

Nous souhaitons une simplification et la sécurisation des processus de concertation et de décision en phase amont des projets publics et privés. Les processus d’études et de concertation sont essentiels pour garantir la performance et la pérennité des ouvrages et des équipements, ainsi que le respect des exigences sociétales et environnementales. Ils sont perturbés par les délais administratifs et financiers trop longs, ainsi que par les méthodes de consultation du public, lentes et non sécurisées. Nous souhaitons que les collectivités de notre région soient leader dans ce domaine. Par ailleurs, nous proposons que la Région Auvergne-Rhône-Alpes, mais aussi toutes les grandes collectivités du territoire, c’est-à-dire les Départements et les Métropoles, s’engagent à renforcer les missions de contrôle et de supervision pour les travaux réalisés sous leur maîtrise d’ouvrage.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?