AccueilActualités3 questions à Christian-Jacques Berret, directeur régional de la Banque de France

3 questions à Christian-Jacques Berret, directeur régional de la Banque de France

En près de 30 ans de carrière à la Banque de France, Christian Jacques Berret n'aura jamais connu une telle crise économique. Pour lui et ses 170 collaborateurs en région, il s'agit de poursuivre, avec plus de souplesse, les trois grandes missions de la BDF que sont la stratégie monétaire, la stabilité financière et le service économique à la collectivité.
3 questions à Christian-Jacques Berret, directeur régional de la Banque de France

Actualités Publié le ,

Comment jugez-vous cette période de crise après un mois ?

Les chefs d'entreprise ont d'abord été tétanisés, parce que le choc était assez imprévisible. Je dois avouer par ailleurs que j'ai été bluffé de la vitesse avec laquelle les outils d'aide aux entreprises ont été mis en place. D'une manière globale, les chefs d'entreprise, les pouvoirs publics, les chambres consulaires et les syndicats patronaux ont été d'une grande réactivité.

Beaucoup d'entreprises ont par ailleurs recours à la médiation aux entreprises que nous proposons. En trois semaines, nous avons reçu l'équivalent de toutes les demandes de l'année dernière. Le fait que nous ne connaissions pas de crise interbancaire est plutôt un bon point dans le traitement des dossiers.

Quel est le rôle de la Banque de France pendant cette période ?

Outre l'alimentation en liquidité de l'économie et du secteur bancaire et du maintien de la médiation du crédit, nous agissons auprès des entreprises en difficultés via nos correspondants régionaux TPE / PME présents dans chaque département, qui sont à leur écoute pour les réorienter vers les organismes compétents : organismes de financement ou de cautionnement, assureurs-crédit, fédérations professionnelles, administrations, médiation du crédit ou des entreprises, etc.

L'institution met tout en œuvre, avec l'ensemble des partenaires concernés, pour apporter aux situations de surendettement une solution dans les meilleurs délais, tant pour les dossiers en cours que pour les demandes à venir. Toutes les questions peuvent être posées par internet (www. banque-france.frhttp://www. banque-france.fr) et nous y répondrons dès que possible.

Nous élargissons aussi les créances bancaires sur les PME éligibles aux opérations de refinancement. Objectif : donner des facilités supplémentaires aux banques qui prêtent aux PME et TPE en étendant le champ des créances mobilisables évaluées par les systèmes de notation internes des banques. Pour ne pas perturber le sys- tème et la distribution du crédit aux entreprises, nous avons suspendu temporairement les cotations concernant les impayés et avons aussi assoupli notre système de cotation pour les 270 000 PME de notre territoire qui sont concernées. Il s'agit à court terme de soutenir tout ce qui peut aider à la tréso- rerie des entreprises pour qu'elles parviennent à passer le cap en espérant que cela ne dure pas trop longtemps. Tout est fait pour préserver l'offre et la demande.

Vous évoquiez les secteurs tertiaire et de l'industrie. Quid de celui du BTP ? Est-ce un secteur prioritaire à aide ?

Je ne crois pas qu'il y ait de secteur prioritaire. Tous ont été touchés, à part quelques exceptions comme l'agroalimentaire ou la pharmacie. Pour le bâtiment, les gros chantiers ont été mis à l'arrêt pour éviter que trop de gens ne restent en extérieur à travailler. Sans parler que cela aurait été mal perçu de la part de la majorité de la population qui était confinée. Les artisans souffrent du fait qu'ils ne réalisent qu'à présent seulement des dépannages, et non plus des chantiers.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?