AccueilActualitésAbsence de sanitaires sur les chantiers : gare aux sanctions

Absence de sanitaires sur les chantiers : gare aux sanctions

Une entreprise normande vient d’être lourdement sanctionnée pour avoir « omis » d’installer des sanitaires mobiles sur un chantier.
Absence de sanitaires sur les chantiers : gare aux sanctions
Shutterstock

Actualités Publié le ,

Ne pas respecter les règles peut parfois coûter cher. Très cher. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil à l’amende reçue par une entreprise de BTP normande qui a refusé d’installer des sanitaires sur un chantier. 3 750 € par salarié infligée par la DREETS.

Pas une surprise pour Jean-Philippe Westheimer, directeur général de la société Axe environnement, à Corbas, et représentant de la Fédération nationale des distributeurs, loueurs et réparateurs de matériels de bâtiment, de travaux publics et de manutention. "La mise en place de sanitaire, avec un nettoyage quotidien, est obligatoire, quel que soit la durée et la taille du chantier. Tout comme la mise en place de sanitaire pour femme, si des femmes sont présentes sur le chantier. Et en cas de non-respect, les sanctions peuvent atteindre 4 000 € par salariés de l’entreprise, peu importe s’ils sont présents sur place ou non (NDLR : contre 1 500 € par salariés présents sur le chantier auparavant)."

"Pas assez de contrôles sur les chantiers"

Pourtant, ce professionnel installé à Corbas l’affirme, beaucoup enfreignent quotidiennement ce règlement. "Il n’y a pas assez de contrôles à l’heure actuelle, regrette Jean-Philippe Westheimer. Notamment sur les petits chantiers de maisons individuelles où dans la grande majorité des cas, il n’y a pas de sanitaires mobiles installées."

Un vrai problème qui s’explique surtout par le manque de volonté des dirigeants d’entreprise. "La plupart du temps, ils nous disent qu’ils n’en ont pas besoin, qu’ils attendent le jour où ils seront contrôlés. C’est un raisonnement très français (NDLR : le parc locatif de sanitaires mobiles est de 40 000 en France, contre 250 000 en Allemagne)."

Au-delà du problème d’hygiène que ces manquements entraînent, pour le PDG d’Axe environnement, ils ont aussi un impact financier. "Lorsqu’il n’y a pas de sanitaires sur place, l’ouvrier va devoir utiliser les toilettes d’un bar ou d’un restaurant, parfois y prendre un café, puis revenir. C’est, au final, 30 minutes minimum de perdues, parfois plus, et plusieurs fois par jour. Ça coûte très cher sur une année."

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

Journal du 21 avril 2022

Journal du21 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?