Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Action Logement se mobilise face à la crise

le - - Actualités

Action Logement se mobilise face à la crise
© Adobe Stock

L'acteur majeur du financement et de la construction du logement social et intermédiaire a décidé de prendre en charge une part significative des surcoûts de chantiers engendrés par la crise de Covid-19. Elle continue de soutenir en parallèle les foyers modestes qui ont du mal à payer leur loyer.

La crise sanitaire actuelle a eu pour effet l'interruption quasi totale des chantiers de construction, de réhabilitation et de maintenance du patrimoine de l'ensemble des bailleurs sociaux. Aussi, afin d'accompagner la reprise des chantiers, Action Logement a décidé de participer à la prise en charge partielle du surcoût liés aux mesures de sécurité sanitaire, en partage avec l'ensemble des acteurs.

L'aide sera négociée au cas par cas avec chaque organisme de logement social pour répondre à leurs besoins spécifiques. Elle comprend la délivrance de prêts de hauts de bilan (PHB2.0), bonifiés par Action Logement à hauteur de 400 M€, et la renégociation des prêts contractés auprès d'Action Logement Services, avec la possibilité de bénéficier de taux fixes et d'un réaménagement éventuel de durée et de profil des prêts. « Plus que jamais, en cette période de crise, notre pays a un besoin massif d'une offre renouvelée en logement à prix abordables. Notre responsabilité est bien de mettre tout en œuvre pour apporter notre soutien à la reprise des chantiers et à l'emploi », témoigne Jean-Jacques Perot, vice-président d'Action Logement Groupe.

Des aides pour les loyers

En parallèle de cette action, et en concertation avec le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, Action Logement met à disposition des salariés confrontés à une perte de revenus un dispositif d'aides financières pour leur permettre de payer leur loyer ou leur prêt immobilier.

Ce dispositif, doté de 100 M€ mobilisés par Action Logement, est effectif avec effet rétroactif depuis le 1er avril. Il concerne les locataires du parc privé, social et intermédiaire, les locataires de résidence collective d'hébergement (hors Crous) et les ménages accédant à la propriété. Il s'adresse à tous les salariés du secteur privé qui ont eu à subir une baisse de leurs revenus d'au moins 15 % à la suite de la mise en place de mesure de chômage partiel ou une hausse significative de leurs dépenses ; aux demandeurs d'emplois ; aux salariés ayant eu à connaitre des surcoûts de loyer du fait de la crise sanitaire en maintenant une double résidence pour motif professionnel. Une seule aide par ménage (d'un montant de 150 € par mois pendant deux mois maximum) peut être accordée*.

* Pour bénéficier de l'un de ces dispositifs, le salarié peut s'adresser au service social de son entreprise ou faire directement sa demande sur www.actionlogement.fr dans les trois mois qui suivent la première baisse de revenu

FFB / Action Logement : dialogue constructif pour une reprise effective

La Fédération française du bâtiment et Action Logement Groupe ont récemment signé une charte permettant la mise en place de bonnes pratiques pour la gestion des chantiers. Ce dialogue, entamé sur tous les territoires par les différentes filiales immobilières du groupe, vise à aborder toutes les questions relatives aux surcoûts, aux nouvelles obligations générées et aux mesures indispensables pour protéger ceux qui interviennent sur les chantiers.

La FFB estime les surcoûts entre 5 et 15 %. Ils correspondent aux frais liés à prise en compte du risque sanitaire (distanciation physique, achat de masques, de gants, rotations supplémentaires des camionnettes, etc.) et ceux consécutifs à la réorganisation des chantiers (mobilisations supplémentaires de personnels et de matériels, hausse du coût des matières, prolongation des frais financiers …).

Même si les bailleurs sociaux, les entreprises et certains autres acteurs de la filière prennent leur part, un soutien des pouvoirs publics paraît indispensable pour faire face à de tels surcoûts. À défaut, la casse s'avèrera inévitable et lourde sur l'ensemble du secteur.




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer