AccueilRhôneAgnès Conod : « Mon quotidien se situe entre le bâtiment et l'artistique »

Agnès Conod : « Mon quotidien se situe entre le bâtiment et l'artistique »

Évoluant dans son atelier croix-roussien, la fondatrice de l'entreprise Le Monde Est Beau possède une connaissance unique de la plâtrerie-peinture décorative.
Agnès Conod : « Mon quotidien se situe entre le bâtiment et l'artistique »

Rhône Publié le ,

Charrier des sacs de sable, monter des échafaudages pour donner vie à des œuvres murales… Le quotidien d’Agnès Conod s'équilibre entre le bâtiment et l’artistique. « J’ai un profil mixte car je suis artiste et titulaire d’un CAP Plâtrerie-peinture-décoration. Pendant mes études, je faisais partie des premières femmes de la fédération compagnonnique », souligne-t-elle. Pour créer son emploi dans un métier qui n’existe pas, Agnès Conod démarre son activité en 1995 sous forme d’association. Le Monde Est Beau devient une SARL en 1999.
Très vite, inquiète pour sa santé, elle se tourne vers les peintures minérales et le badigeon de chaux. Son savoir-faire lui vaut de décrocher, en 2013, le label Entreprise du patrimoine vivant. Une belle récompense qui n’empêche pas les difficultés. Comme toutes les entreprises, Le Monde Est Beau connaît des hauts et des bas. Aujourd’hui, une personne en CDI, bientôt une deuxième, et trois personnes en CDD composent l’équipe presque exclusivement féminine. « Notre arrivée sur les chantiers passe rarement inaperçue », s’amuse la dirigeante.
Depuis deux ans, le carnet de commandes est bien fourni. « Avant, je travaillais beaucoup pour les particuliers. La tendance s’est inversée et les entreprises constituent désormais 60 % de la clientèle ». Les promoteurs souhaitant donner une identité à leurs bâtiments tertiaires font de plus en plus appel à l’entreprise. Le Monde Est Beau a aussi posé sa touche au 26e étage de la tour Incity, pour la Caisse d’Epargne Rhône Alpes. Les clients viennent chercher une patte bien spécifique. « Nos réalisations ont un style particulier. La chaux possède un côté sauvage, mais cet état brut est très ouvragé. Nous travaillons beaucoup la matière », analyse Agnès Conod. Aujourd’hui, à 47 ans, ce chef d’entreprise est déjà dans une logique de transmission…

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?