AccueilRhôneL’agglomération lyonnaise met le cap sur le Scot 2040

L’agglomération lyonnaise met le cap sur le Scot 2040

Le Sepal lance la révision du Scot de l'agglomération lyonnaise qui datait de 2010, et qui devra être approuvé fin 2025.
Béatrice Vessiller, Bruno Bernard, Paul Vidal, Nicolas Varigny
©ES - Béatrice Vessiller, Bruno Bernard, Paul Vidal, Nicolas Varigny

Rhône Publié le ,

Le Scot doit donner les lignes forces de l’aménagement territorial jusqu’en 2040.

Ce document, sorte de feuille de route ou de cadre de travail des collectivités va faire l’objet de longues concertations sous la houlette des trois structures concernées : une collectivité poids lourd, la Métropole de Lyon (59 communes), et deux EPCI moyens, la CCEL (communauté de communes de l’Est lyonnais, 42000 habitants, 8 communes) et la communauté de communes du Pays de l’Ozon (CCPO, environ 27000 habitants, 7 communes).

Ce projet de territoire, qui assure la cohérence des politiques publiques en matière d’habitat, d’économie, de déplacement et d’environnement, prendra en compte les nouveaux enjeux démographiques, économiques, sociaux et environnementaux de l’agglomération.

Ces 10 dernières années ont été marquées par l’ampleur du développement démographique et économique du territoire, des changements dans les modes de vie et les comportements.

Le dernier Scot de 2010 devait donner le cap jusqu’en 2030, or il se trouve que la démographie qui prévoyait un afflux de 150 000 habitants en 2030, est déjà atteint depuis 2020. Il faut revoir la copie sur les déplacements, l’habitat, la préservation du foncier, etc.

Ces évolutions engendrent d’ores et déjà des impacts sociaux et environnementaux, et des conséquences sur la qualité de vie des habitants : « Parallèlement, la crise climatique impose de relever au plus tôt le défi de la transition énergétique, écologique et environnementale, souligne le président du Sepal, Bruno Bernard (EELV) ».

Croissance des emplois sur Lyon-Centre

Le Sepal va élaborer le futur Scot, en ayant préalablement défini 4 grands objectifs, qui visent à faire de l’agglomération lyonnaise un territoire : « accueillant, solidaire, favorable à la qualité de vie ; résilient et sobre de ses ressources ; accessible, aux mobilités apaisées et décarbonées ; productif, à l’économie responsable ».

Les travaux du Sepal et de ses partenaires institutionnels et techniques seront alimentés pour la première fois par les propositions des habitants de l’agglomération, qui sont invités à se mobiliser dans le cadre d’une grande concertation, amorcée en mars, qui se poursuivra jusqu’au printemps 2023.

« On a constaté cers dernières année une forte croissance du nombre d’emplois en particulier sur le centre de Lyon, note Béatrice Vessiller vice-présidente du Sepal et de la Métropole…Ce n’est pas sans conséquence sur les déplacements et le prix des logements… »

Du côté de la CCPO, Nicolas Varigny, vice-président est clair : « Nous ne voulons pas du modèle parisien, l’étalement urbain n’est plus la règle […] on ne pourra pas continuer longtemps à avoir deux voitures par foyers… »

Utilisation des sols

Dans la communauté de communes de l’est lyonnais, le président Paul Vidal reconnaît : « Que l’on n’a pas la culture des transports en commun, et il se félicite de la réouverture de la gare entre Succieu et Saint-Pierre-de-Chandieu, future gare « RER à la lyonnaise » qui permet de rejoindre la gare Jean-Macé à Lyon. »

Le président Bruno Bernard de compléter : « Le Sytral qui est maintenant à l’échelle du département du Rhône va nous permettre plus de cohérence dans les transports… ».Bruno Bernard est aussi président du Sytral.

Le Scot devra aussi déterminer l’utilisation des sols, Béatrice Vessiller de rappeler que « Sur les 20 dernières années, l’urbanisme commercial a crû 3 fois plus vite que la population elle-même, et que l’on a consommé 1140 hectares de terres agricoles qui subsistaient sur le territoire délimité par le Scot : « Bien sûr, on ne parviendra pas à nourrir l’ensemble de la population avec le local, mais si l’on veut privilégier les circuits courts c’est là qu’il faut agir. »

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

Journal du 03 novembre 2022

Journal du03 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?