AccueilActualitésArtisanat du bâtiment : la Capeb positive… mais sans euphorie

Artisanat du bâtiment : la Capeb positive… mais sans euphorie

Dans sa note de conjoncture du 3e trimestre, la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes note des améliorations. Toutefois la prudence reste de mise, notamment vis-à-vis des mesures gouvernementales à venir.
Artisanat du bâtiment : la Capeb positive… mais sans euphorie
© DR - L'apprentissage, une voie d'excellence à encourager

Actualités Publié le ,

« Le paysage s'éclaire un peu, mais nous ne sommes pas revenus au niveau de 2009. Les inégalités entre les territoires sont marquées. L'activité des artisans dans les campagnes est précaire », résume Dominique Guiseppin. Le président de la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes ne cache pas son inquiétude sur les prochaines mesures gouvernementales et affiche son mécontentement sur les revirements autour du Crédit d'impôt transition énergétique (CITE) et du Prêt à taux zéro. « Nos artisans se sont formés et impliqués pour répondre aux enjeux de la transition énergétique et du développement durable. Nous ne comprenons pas le changement des règles du jeu sur les crédits d'impôt pour les portes et fenêtres et les chaudières au fuel, ni sur la modification du périmètre du PTZ », souligne Dominique Guiseppin, qui rappelle des chiffres importants : « 1 € de CITE, ce sont 3,80 € de travaux générés. 1 € pour le PTZ, ce sont 14 € de travaux générés ».

La mobilisation des Capeb dans chaque département a permis de faire remonter les attentes du terrain et d'être, en partie, entendus. « La rétroactivité de la baisse du crédit d'impôt a été annulée », se félicite le président, pour qui les actions de lobbying doivent se poursuivre. Un accord équilibré est à trouver pour assurer la pérennité des activités des artisans. « Le CITE a permis de créer ou maintenir 73 000 emplois », fait savoir Dominique Guiseppin. C'est aussi de visibilité dont ont besoin les entreprises artisanales. La Capeb réclame donc davantage de concertation pour éviter les coups de frein brusques. Car si l'activité montre une reprise, elle reste fragile. Le chiffre d'affaires des artisans de la Capeb régionale est en légère progression, mais le niveau d'activité reste stable et les marges apparaissent toujours faibles. « La trésorerie se dégrade et les solutions de financement proposées par les banques ne sont pas satisfaisantes », regrette le président.

Début 2018, un nouveau chantier d'envergure va s'ouvrir : le projet de réforme de la formation professionnelle continue et de l'apprentissage. Un sujet sur lequel la Capeb régionale souhaite de vrais échanges. « La formation est un élément essentiel pour nos chefs d'entreprise et leurs collaborateurs. Il y a bien sûr toutes les formations liées à la santé-sécurité pour protéger nos salariés, mais aussi les formations pour monter en compétences. Nos collaborateurs ont besoin d'être polyvalents et de se former face aux évolutions des produits, des techniques… », insiste Gilles Chatras, premier vice-président délégué de la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes. La question de l'apprentissage est tout aussi centrale. « L'apprentissage nous permet de former nos futurs salariés. C'est une voie d'excellence et un ascenseur social », estime Christelle Rozier, présidente de la commission Emploi-Formation, qui espère que le temps passé pour l'apprentissage sera mieux reconnu et que les contraintes administratives seront allégées.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?