AccueilActualitésArtisanat du bâtiment : une fin d'année en demi-teinte en Auvergne-Rhône-Alpes

Artisanat du bâtiment : une fin d'année en demi-teinte en Auvergne-Rhône-Alpes

Si au 3e trimestre, les entreprises d'Auvergne-Rhône-Alpes avaient retrouvé leur niveau d'activité d'avant la crise sanitaire, ce n'est plus le cas au 4e trimestre. L'étude conduite par les Capeb d'Auvergne-Rhône-Alpes auprès de leurs adhérents confirme les résultats de l'enquête de conjoncture de la Capeb nationale.
Un niveau d'activité ressenti comme particulièrement difficile par les menuisiers
Un niveau d'activité ressenti comme particulièrement difficile par les menuisiers

Actualités Publié le ,

Cette enquête affichait une baisse de croissance de 1 % pour la région. L'étude conduite par les CAPEB d'Auvergne-Rhône-Alpes auprès de leurs adhérents pour mesurer leur ressenti et leur moral confirme ce constat. Si pour 27 % des chefs d'entreprise, le niveau d'activité reste bon, voire très bon (pour 6 % d'entre eux), ce chiffre est en baisse de 15 points par rapport au premier trimestre. Dans le même temps, ils sont 30 % à témoigner d'un niveau d'activité difficile, voire très difficile (6 %), soit une augmentation de 9 points.

Le niveau d'activité est ressenti particulièrement difficile par les serruriers-métalliers, dans les travaux publics et par les menuisiers. Les départements les plus touchés sont la Savoie, le Rhône et le Puy-de-Dôme.

Au niveau des carnets de commande, la visibilité est stable par rapport au trimestre précédent. Bien qu'inférieure à celle affichée au premier trimestre, elle reste cependant satisfaisante avec une visibilité supérieure à 3 mois pour 38 % des chefs d'entreprise et entre 1 et 3 mois pour 41 % d'entre eux. Cependant la visibilité reste inférieure à 1 mois pour 21 % des entreprises ; c'est particulièrement le cas en Savoie, dans le Rhône et dans l'Allier.

Des marges source de préoccupation

Le niveau de trésorerie est stable mais reste encore fragile, notamment pour plus d'une entreprise sur quatre pour lesquelles la trésorerie reste faible à insuffisante. De nouveau, les marges des entreprises sont source de préoccupation. 40 % des chefs d'entreprise déplorent encore une baisse ce trimestre, alors qu'ils sont seulement 2 % à constater une augmentation de leurs marges.

Malgré la crise, les chefs d'entreprise sont 37 % à avoir des projets de recrutement (14 % envisagent de recruter, 23 % sont en réflexion) et plébiscitent à 55 % les contrats à durée indéterminée.

Plus d'une entreprise sur 2 (53 %) estiment que l'impact de la covid-19 sur leur activité est modéré (36 %), voire fort (13 %) à très fort (5 %). Les principales difficultés remontées par les entreprises sont la gestion des absences des équipes liées à l'épidémie (cas contacts ou avérés) pour 73 % d'entre elles, les retards dans la réalisation des chantiers (29 %), la baisse du chiffre d'affaires (21 %), ou même l'annulation de chantier (14 %). A plus long terme, ce sont les reports d'investissement (12 %), la baisse du chiffre d'affaires (11 %) et la trésorerie (12 %) qui inquiètent le plus les chefs d'entreprise.

S'agissant des aides pour pallier ces difficultés, 20 % ont bénéficié du fonds de solidarité, 29 % d'un prêt garanti par l'Etat - même si près d'une entreprise sur 2 ne l'a pas encore utilisé - et 31 % ont eu recours à un décalage du paiement des dettes fiscales et sociales.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?