Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Bartec Group lie son développement à l'international

le - - Rhône

Bartec Group lie son développement à l'international
DR - Les solutions de Bartec Group ont été mises en oeuvre sur le chantier d'une tour de 45 étages à Lima.

Spécialisé dans les liaisons d'armatures, Bartec Group possède un savoir-faire unique qui lui permet d'être plébiscité pour des projets d'envergure dans le monde entier. Le viaduc de Millau, le Groupama Stadium, la Grande Mosquée d'Alger, des tours au Pérou et en Italie sont quelques-uns des chantiers de référence de l'entreprise basée à Meyzieu.

C'est en 2012 que Philippe Huet et Catherine Sambin ont racheté Bartec. Créée en 1994 par le groupe Mure, la société développe ses activités autour des liaisons d'armatures suite à un brevet déposé en 1988. « Bartec couvrait les marchés France, Suisse, Italie et Espagne et avait cédé son droit d'exploitation dans le reste du monde. En 2008, le brevet est tombé dans le domaine public et l'entreprise a connu des difficultés », explique Philippe Huet qui, très vite après le rachat, souhaite ouvrir l'entreprise sur le grand export. L'acquisition, en 2013, de la société italienne Cergil Industry permet à Bartec Group d'avoir à la fois la maîtrise de la fabrication des machines de filetage et l'expertise de la mise en œuvre des liaisons d'armatures.

« Les grandes structures en béton armé présentent une faiblesse aux différents points de liaison qu'il fallait compenser en surdimensionnant les aciers. Le brevet Bartec, révolutionnaire, a permis de créer la liaison refoulée-filetée. Le procédé consiste à grossir l'extrémité d'une barre d'acier dans une presse à vérins, une machine de 3,5 tonnes, puis à procéder au filetage », détaille le président. Cette solution brevetée a par la suite encore été améliorée pour répondre à des contraintes spécifiques et offrir une meilleure résistance à la fatigue, aux séismes, aux explosions… En 2014, une nouvelle marque internationale, Linxion, a été lancée pour exploiter le nouveau produit innovant : la liaison et son coupleur Pi.

Plus de 80 % des recettes à l'export

L'offre de Bartec Group se décline sous deux approches. « Nous pouvons mettre nos machines à disposition d'un armaturier ou les installer directement sur le chantier pour un groupe de construction. Nous formons aussi le personnel à l'utilisation des machines et assurons la maintenance. Les équipements de dernière génération sont connectés et permettent un pré-diagnostic, voire une intervention grâce à une prise en main à distance », fait savoir Philippe Huet. Une fonctionnalité très appréciable, puisque Bartec Group concentre ses activités à l'international.

La PME de quarante personnes, qui a ouvert une filiale à Dubaï en 2017, réalise plus de 80 % de son chiffre d'affaires à l'étranger. « En 2018, nous avons enregistré 6,5 M€ de chiffre d'affaires et nous avoisinerons les 10 M€ cette année », ajoute le président. Pour des infrastructures routières, des ouvrages d'art, des gratte-ciel, des centrales nucléaires… les solutions techniques du groupe sont demandées sur tous les grands chantiers. Les liaisons d'armatures filetées, les coupleurs et les machines de Bartec Group ont ainsi été utilisés pour la construction de la tour de région du Piémont, à Turin, le métro de Doha, la maternité de Koweit City, l'aéroport de Mexico, ou encore le siège de 45 étages du Banco de la Nación, à Lima.

Stockage de barres d'armatures chez un armaturier au Koweït

Une levée de fonds de 2,5 M€

Au mois de septembre, Bartec Group a réalisé un tour de table auprès d'InnovaFonds via son fonds Partenaire Croissance I, accompagné de Bpifrance. L'opération a permis de lever 2,5 M€, qui vont accompagner la poursuite du développement à l'international, notamment en Chine où Bartec Group affiche de fortes ambitions. « La Chine prévoit de construire plus de 200 centrales nucléaires d'ici 2050 et les normes exigées sont très élevées. C'est la conséquence de l'accident de Fukushima. Sur son marché, le pays ne dispose pas de produits de qualité et de sécurité suffisantes, alors que nos solutions répondent à leurs critères », souligne Philippe Huet. En parallèle, le Moyen-Orient et l'Amérique latine restent des zones à fort potentiel qui intéressent toujours le groupe.

Philippe Huet




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer