AccueilActualitésProspective 2022 / Bernard Devert : "Le choc de l'offre du logement n'est pas là."

Prospective 2022 / Bernard Devert : "Le choc de l'offre du logement n'est pas là."

Le point avec Bernard Devert, fondateur d’Habitat et Humanisme, et président depuis cet été, du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées.
Le père lyonnais Bernard Devert, fondateur d'Habitat et Humanisme, est président du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées
©J.-C.Garnier - Le père lyonnais Bernard Devert, fondateur d'Habitat et Humanisme, est président du Haut comité pour le logement des personnes défavorisées

Actualités Publié le ,

Où en est le logement des personnes défavorisées ?

A fin 2021, on a en France 77684 ménages à loger au titre de la loi Dalo (Droit au logement opposable), qui sont actuellement non logés (personnes en situation régulière, en hébergement d’urgence) ou mal logés. Si l’hébergement d’urgence a progressé depuis 2017, le choc de l’offre du logement promis par le gouvernement en 2017 n’est pas là. En hébergement d’urgence, on est bien passé de 130 000 à 200 000 places, en nuitées d’hôtel, on est passé de 45000 à 73000 chaque année. On a créé 5200 places en pension de famille pour les personnes célibataires en difficulté (logements payants accompagnés). Cependant, en 5 ans, l’effort de la Nation pour l’aide au logement a été réduit de 1,82 % du PIB à 1,63 % du PIB de la France.

Qu’est que le covid a changé pour le logement des personnes défavorisées ?

Depuis le covid, on ne remet plus personne à la rue même en été. Mais que va-t-il arriver en 2022 à 200 000 personnes en hébergement d’urgence après la période hivernale ? La crise sanitaire a visibilisé la crise du logement social. Comment confiner les personnes à la rue ?

Quelles solutions peut-envisager ?

On estime qu’il existe en France, rien que dans les métropoles, environ 320 000 logements vacants que l’on pourrait réinvestir moyennant squelques petits travaux. Sur ce nombre on peut imaginer réaliser 310 000 PLAI (financé par un prêt locatif aidé d'intégration).

Il faut également lutter pour la maîtrise des coûts de la charge foncière, qui limite la construction de nouveaux projets. Pourquoi acheter le terrain ? Des dispositifs existent pour rendre moins chère la construction de logements sociaux.

Enfin accélerer la sortie des personnes des logements très sociaux vers les logements intéremadiaires pour libérer des places.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?