AccueilBigMat Girardon : l'entreprise cinquantenaire prépare une nouvelle acquisition

BigMat Girardon : l'entreprise cinquantenaire prépare une nouvelle acquisition

Didier, Frédéric et Nicolas Girardon co-dirigent l'entreprise créée par leurs parents en 1971. La petite société de négoce est devenue l'un des principaux acteurs régionaux indépendants de la distribution de matériaux de construction. Les trois frères veulent continuer de faire grandir l'entreprise et d'élargir leur réseau avec l'ambition de réaliser 135 M€ de chiffre d'affaires en 2025. Une croissance à mener en restant fidèle aux valeurs et engagements de BigMat Girardon : respect des personnes et de l'environnement, proximité, solidarité, transparence… Retour sur 50 ans d'histoire avec Frédéric Girardon.
Les agences disposent d'un show-room Carrelage-Menuiserie-Sanitaire.
DR - Les agences disposent d'un show-room Carrelage-Menuiserie-Sanitaire.

Publié le ,

L'entreprise familiale fête son demi-siècle cette année. Pouvez-vous nous rappeler les origines ?

L'entreprise a, en effet, été créée en 1971 à Condrieu par nos parents, Guy et Josette Girardon. Mais l'origine remonte à plus longtemps car notre grand-père avait lancé une activité de distribution de matériaux dans les années 1950. A sa création, l'entreprise Girardon fait du négoce local de matériaux de construction, de charbon…

La fratrie se destinait-elle à reprendre l'entreprise ?

Nous avons tous fait nos classes et acquis de l'expérience dans d'autres structures avant d'intégrer l'entreprise familiale. Mon frère aîné Didier a une formation d'ingénieur, mon frère cadet Nicolas a fait une école de commerce et travaillé dans la grande distribution, et j'ai moi-même également suivi des études de commerce et exercé dans le secteur bancaire. Le passage de relais s'est fait progressivement. C'est d'abord Didier qui a repris en 1995 une de nos entreprises située à Beynost ; en 1997, j'ai rejoint l'entreprise en prenant la direction de l'agence de Moins ; et enfin, Nicolas est entré en 2000 dans l'entreprise historique, déplacée de Condrieu à Ampuis.

Les années 2000 ont marqué un fort développement. Comment avez-vous bâti cette croissance ?

Notre père nous a laissé la main en 2002. L'entreprise comptait alors trois implantations et réalisait 30 M€ de chiffre d'affaires. Nous avons peu à peu renforcé notre présence sur le territoire, par la reprise d'entreprises existantes ou par la création de nouveaux sites. C'est ainsi que nous nous sommes positionnés à Mercurol en 2002, aux Abrets en 2008, à Chaponost et Lentilly en 2010, à Chanas en 2012 et à côté d'Annemasse en 2019. En 2004, nous avons fait le choix d'adhérer à BigMat, le premier groupement européen de négociants indépendants en matériaux de construction.

Que pèse aujourd'hui BigMat Girardon ?

Au 1er janvier 2019, nous avons fusionné toutes nos activités sous une même entité ce qui nous a permis d'améliorer notre rentabilité. BigMat Girardon dispose aujourd'hui d'un siège social à Saint-Priest, d'une plateforme de logistique/distribution à Ampuis et de 9 magasins. Nous employons 345 personnes et avons enregistré 100 M€ de chiffre d'affaires en 2020. Les professionnels représentent 80 % de notre activité et les particuliers 20 %. L'an dernier, malgré la crise sanitaire, nous avons vécu une belle année. Les artisans, les constructeurs et les particuliers étaient au rendez-vous, d'autant plus que nous avons très vite su nous adapter pour continuer à servir nos clients.

Avec le recul, quelles ont été les décisions décisives pour la croissance de l'entreprise ?

En 2008-2009, nous avons mis en place des show-rooms carrelage, menuiserie et sanitaire sur tous nos sites pour compléter notre offre de produits qui était centrée sur le gros œuvre, la couverture et l'isolation. Nous avons ainsi généré un chiffre d'affaires additionnel au moment de la crise. Cette décision nous a vraiment permis de passer un cap au début des années 2010.

Cette activité est-elle toujours aussi stratégique ?

L'activité carrelage/menuiserie/sanitaire représente 28 % de notre chiffre d'affaires. C'est surtout un bon levier pour aller chercher la clientèle de particuliers. D'ailleurs, nous menons d'importants travaux de mise à jour de nos show-rooms pour monter en gamme. Nous renforçons aussi notre approche spécifique des particuliers qui ont besoin d'être conseillé et d'être orienté vers les bons artisans. C'est pourquoi nous lançons également un service de pose en partenariat avec des menuisiers référencés.

A quoi veillez-vous particulièrement pour satisfaire les clients ?

Notre premier métier c'est d'avoir du stock et des produits immédiatement disponibles. Car les professionnels ne peuvent pas attendre. Il n'y a que les produits à faible rotation qui sont entreposés sur notre plateforme d'Ampuis. Nous avons aussi un positionnement de multi-spécialiste avec des commerciaux experts dans leur domaine.

Constatez-vous des évolutions dans les demandes et besoins ?

La qualité et l'éco-responsabilité des produits sont deux critères de plus en plus importants. Nous regardons donc de près les éco-matériaux à base de fibres de bois, de cellulose de ouate, de chanvre… et commercialisons, par exemple, les produits Steico.

L'entreprise elle-même est fortement engagée sur toutes les thématiques RSE ?

Même si nous avons toujours été sensibles à ces questions, nous avons engagé une démarche structurée de RSE en menant différentes actions. Et nous sommes attentifs à ne pas tomber dans le greenwashing ! Après avoir généralisé les mugs réutilisables pour remplacer les 400 000 gobelets plastiques consommés chaque année et réaffirmé notre politique d'égalité Femmes/Hommes, notre dernière action porte sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre liées aux déplacements. Le remplacement des véhicules énergivores, l'optimisation des transports et l'utilisation de nouveaux outils de travail collaboratifs à distance nous ont permis de réduire nos émissions de CO2 de 771 tonnes par an.

Quels sont les prochains « combats » à mener ?

Nous voulons continuer d'asseoir nos valeurs, à savoir la proximité, la convivialité, la transparence, la solidarité, l'indépendance. Nous voulons aussi mieux lutter contre le machisme, l'homophobie et le racisme. Le respect des personnes et de l'environnement reste notre axe prioritaire. Ces convictions sont solidement ancrées dans l'entreprise et constituent un élément d'attractivité vis-à-vis des nouvelles générations.

Et sur le volet économique, quelles sont vos ambitions ?

Pour préparer l'avenir, nous avons mis en place un comité de direction élargi. Nous travaillons actuellement à l'élaboration de notre plan stratégique 2025. Sur le volet économique, nous visons 130 M€ de chiffre d'affaires en 2025. Nous prévoyons des ouvertures d'agences et/ou acquisitions pour atteindre cet objectif sur le périmètre Rhône-Alpes, hors département de la Loire où un autre adhérent BigMat est déjà présent. D'ici quelques mois, nous devrions concrétiser une croissance externe. Les acteurs indépendants comme nous ont leur place sur le marché. Je suis plutôt optimiste pour le futur.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?