AccueilRhôneBTP Rhône et Métropole, le recrutement comme cheval de bataille

BTP Rhône et Métropole, le recrutement comme cheval de bataille

Organisé comme l'année dernière à Décines, dans l'enceinte du Groupama Stadium, le Forum Emploi – Insertion de BTP Rhône et Métropole proposait plus de 300 postes à pourvoir.
BTP Rhône et Métropole, le recrutement comme cheval de bataille
© Jacques Donnay - 36 entreprises s'étaient déplacées pour recruter

Rhône Publié le ,

Au cœur des problématiques essentielles identifiées par les entreprises du BTP, au même titre que la reconstitution de leurs marges, la question du recrutement était au centre du Forum Emploi – Insertion, organisé par BTP Rhône et Métropole au Groupama Stadium lundi 8 avril dernier. Pour cette 2e édition, 36 entreprises avaient fait le déplacement, un nombre sensiblement plus important que l'année dernière. « Plus de 30 exposants étaient déjà présents pour la 1re édition et plus de 300 postes étaient proposés cette année, contre 120 à 130 en 2018 », fait remarquer Samuel Minot, président de BTP Rhône et Métropole, satisfait de voir le concept validé par les acteurs de la filière.

En revanche, cette édition – centrée prioritairement sur les publics issus des quartiers défavorisés – aura rassemblé 300 jeunes, contre plus de 400 l'année dernière. Une petite déception pour les organisateurs, qui avaient sollicité les agences locales pour l'emploi, mais aussi des organismes présents sur le terrain, comme l'association Nes & Cité (pour la réinsertion) et OL Fondation.

Néanmoins, à l'image de la société MEG, installée à Alix dans le Beaujolais, certaines entreprises ont trouvé à cette occasion les candidats qu'elles cherchaient à recruter. En quête depuis trois ans de salariés pour assurer sa croissance, cette société spécialisée dans l'électricité générale a rencontré 14 personnes lors du Forum Emploi – Insertion, dont deux qui pourraient rejoindre ses rangs prochainement. « La tension est la même sur tous les métiers, des ingénieurs aux ouvriers, en passant par les agents de maîtrise. Et aucune spécialité n'est épargnée, même si certaines sont plus en tension que d'autres, comme la métallerie, le gros œuvre, les métiers du bois, ou encore les Travaux publics », insiste Samuel Minot.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?