Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

BTP Rhône et Métropole réclame davantage de visibilité

le - - Rhône

BTP Rhône et Métropole réclame davantage de visibilité
Séverine Renard - Pascal Royer, Samuel Minot et Norbert Fontanel.

Si le bilan de l'année 2019 est globalement positif, les acteurs du BTP sont dans l'expectative pour 2020.

« Nous sommes satisfaits de l'activité en 2019 et la fin d'année reste à un bon niveau, mais nous notons des signes d'essoufflement. De plus, les années d'élections ne sont pas les années les plus favorables. La période à venir risque donc d'être plus chaotique », analyse Samuel Minot. Le président de BTP Rhône et Métropole rappelle que, sur les deux dernières années, « le logement a porté l'activité dans le bâtiment, tandis que l'investissement public local a soutenu l'activité dans les travaux publics ». Ce constat ne peut que renforcer les incertitudes, puisque certaines menaces pèsent sur le logement comme sur l'investissement public.

« Les mises en chantier de logements ont reculé de 24 % et les délivrances d'autorisation, de 7 %. Ces chiffres sont clairement dus à l'impact du nouveau PLU-H, qui a entraîné une forte inertie dans les décisions. L'activité pourrait reprendre en septembre 2020 », fait savoir Norbert Fontanel, président de la commission Logement et Tertiaire. Quelque 5 000 logements neufs auront donc été construits cette année dans la métropole, alors que l'ambition est d'atteindre 8 500 logements par an. « Le déficit de logements sur la métropole s'accroît », confirme Norbert Fontanel, qui souligne que « la raréfaction du foncier et les contraintes techniques et architecturales importantes contribuent à la hausse des prix ». La bonne activité enregistrée dans le tertiaire a compensé la perte d'activité sur le logement. « Avec 300 000 m2 de bureaux placés, la métropole reste au plus haut. Notre territoire est attractif pour les entreprises, le secteur tertiaire est donc dynamique », partage le président de la commission Logement et Tertiaire.

Pour les travaux publics, l'inquiétude est de mise, comme à chaque veille d'élections. « Les élus veulent clairement éviter des chantiers dans leur ville pendant cette période. Nous avons d'ailleurs déjà senti les prémices de cet effet néfaste avec un ralentissement des appels d'offres depuis quelques semaines », confie Pascal Royer, président de l'Observatoire de la commande publique. Lors des dernières élections, c'est une baisse d'activité de 30 % que les entreprises avaient subie. « Nous avions dû avoir recours à de l'activité partielle », se souvient Pascal Royer. La création de la Métropole de Lyon a également retardé le lancement des projets. « Le budget de la Programmation pluriannuelle d'investissement n'aura été consommé qu'à hauteur de 50 % au 31 décembre », regrette le président de l'Observatoire de la commande publique.

Cesser le on/off sur les opérations

Pour le prochain mandat, la fédération BTP Rhône et Métropole appelle les élus à prendre leurs responsabilités et à cesser le on/off sur les opérations. « Nous avons besoin de régularité et souhaitons un lissage de la commande publique », affirme Samuel Minot. La bonne nouvelle pour les travaux publics se trouve du côté des finances des collectivités, puisque la capacité de désendettement s'affiche à 4,6 ans. « Il faudrait investir dans le patrimoine avec des opérations d'entretien et de renouvellement sur les réseaux d'eau, les ouvrages d'art, les routes », propose Pascal Royer. Des chantiers à réaliser en début de mandat, avant que des projets d'envergure prennent le relais.

« Pour préparer l'avenir, nous devons investir dans des outils et former notre main d'œuvre. Mais pour que nos entreprises pissent se projeter, les élus doivent nous donner des perspectives », conclut le président de BTP Rhône et Métropole.

Plus de 50 000 salariés dans le BTP

La barre des 50 000 salariés employés par les entreprises du BTP dans la métropole et le département du Rhône a été franchie cette année. En 2020, entre 500 et 1 000 emplois devraient être à pourvoir, alors que le secteur peine toujours autant à recruter. La profession va donc poursuivre ses efforts pour travailler sur l'image des métiers et promouvoir l'apprentissage. Le BTP entend également continuer à « jouer le jeu » sur l'insertion sociale et l'insertion professionnelle.




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer