AccueilRhôneCécile Mazaud, Groupe Mazaud, Foncière Logement : "En 2023, construire dans la sobriété"

Cécile Mazaud, Groupe Mazaud, Foncière Logement : "En 2023, construire dans la sobriété"

Cécile Mazaud, présidente du groupe Mazaud, est aussi présidente de l'association Foncière Logement (Groupe Action logement) qui a pour mission de construire et gérer des logements abordables en secteurs QPV pour les salariés du secteur privé.
Cécile Mazaud, Groupe Mazaud, Foncière Logement : "En 2023, construire dans la sobriété"
©Jean-Luc Mège

Rhône Publié le ,

Pensez-vous comme d'autres acteurs du BTP que les collectivités vont devoir investir davantage pour créer du logement et soutenir l'activité en 2023 ?

Foncière du logement intervient sur des terrains dans les quartiers prioritaires de la politique de la Ville et dans la lutte contre l’habitat insalubre. Si je devais formuler un vœu, ce serait que les territoires puissent libérer les terrains plus vite. Les délais de l'administration sont trop longs : nous avons le poids des normes et des règlementations, tout prend énormément de temps, alors que les citoyens ont besoin de se loger rapidement.

"Nous maintenons pour 2023 l'engagement de 270 logements neufs supplémentaires"

Toutefois, sur la Métropole de Lyon, une dynamique s'est instaurée. Sur l'année 2022, la Foncière logement a engagé 272 logements sur le territoire Rhône et Métropole de Lyon, 160 logements sont en cours de chantier, l'attractivité du parc et la demande sont très fortes.


Nous maintenons pour 2023 l'engagement de 270 logements neufs supplémentaires, un objectif élevé malgré la crise des matériaux et de l'énergie. Au niveau national, nous enregistrons une baisse des mises en construction, nous sommes passés sous la barre des 1 000 logements par an, alors que notre moyenne était de 1300 environ.

Comment réagissez-vous face à la crise ?

Pour accompagner les acteurs de la construction avec lesquels nous travaillons, promoteurs et entreprises, nous avons été parmi les premiers opérateurs du groupe Action Logement a acté en avril 2022 l'actualisation et la révision des marchés. Les coûts de construction peuvent changer rapidement. Cela permet de sécuriser nos fournisseurs, les entreprises, et la faisabilité des projets par la négociation.

"En 2023 notre premier projet de surélévation en centre-ville à Lyon 3"

Voyez-vous un espoir de ralentissement en 2023 dans la hausse des coûts ?

On ne peut rien prédire, mon souhait serait de retrouver un minimum de stabilité pour le secteur. Par exemple chaque annonce sur les flux et les coûts de l’énergie à l’international impacte directement disponibilité et prix, et pèse sur les coûts de production du bâtiment instantanément. Auparavant nous avions des problématiques plus locales. Désormais, dès que le monde bouge, on le ressent directement dans les PME.

Foncière Logement ne construit que du neuf ou bien aussi de la rénovation ?

Nous lançons en 2023 notre premier projet de surélévation en centre-ville à Lyon 3. C'est une tendance qui correspond aux mesures pour tendre vers le ZAN (zéro artificialisation nette des terrains). En général, la surélévation va permettre de gagner un ou deux étages et de densifier davantage, mais il faut veiller à rendre la ville plus humaine…

Dans notre parc Foncière logement, nous allons lancer nos premiers travaux de remplacement des chauffages au gaz par pompes à chaleur collectives (air-eau) et de l'électricité d'origine renouvelable. Par ailleurs, nous avons 10 unités de micro-forêts en cours dans le Rhône sur les sites de nos bâtiments, et procédons à l'installation de 400 emplacements de rechargement électrique des véhicules.

Les chefs de chantier devrons effectuer davantage d'ingénierie pour mener à bien la construction industrialisée"

Est-il possible de tout rénover ?

C'est un vrai équilibre financier à trouver. Hormis les immeubles patrimoniaux, il convient de s'interroger au cas par cas. Si la rénovation énergétique s'avère plus coûteuse que le neuf, il faut démolir. La construction neuve offre aujourd'hui les meilleures performances énergétiques.

Que pensez-vous de l'industrialisation de la construction ?

C'est une évolution dans nos métiers, les chefs de chantier devrons effectuer davantage d'ingénierie pour mener à bien la construction industrialisée. Cela peut permettre une meilleure préparation en amont du chantier avec une anticipation plus importante. Les délais pourraient être plus courts mais je suis méfiante quant aux promesses séduisantes sur le papier.

"Faire monter en compétences nos équipes"

La RE2020 permet-elle d'aller vers de vraies performances énergétiques ?

Oui, mais il faut être attentif à ne pas utiliser trop de matériaux, coûteux eux-aussi en carbone, pour parvenir à des bâtiments hyper-performants. Il faut aller vers plus de sobriété. L'enjeu en 2023 sera de faire monter en compétences nos équipes en nous appuyant sur nos partenaires et experts. Il faut que les acteurs se réunissent pour redéfinir collectivement l'acte de construire en maitrisant les coûts d’ingénierie et de construction, et, je le répète, aller vers une véritable sobriété.

Partager :

Ce que les acteurs du BTP imaginent pour 2023


Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?