Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Centre hospitalier de Bourg-en-Bresse : encore quatre années de travaux

le - - Ain

Centre hospitalier de Bourg-en-Bresse : encore quatre années de travaux
JMP - Corinne Krencker vient de quitter la direction du centre hospitalier Fleyriat à Bourg-en-Bresse pour prendre la tête du Groupement hospitalier de Mulhouse sud

Le chantier de l'hôpital Fleyriat a débuté en 2014. L'établissement est revu de fonds en comble pour accompagner la réorganisation des soins sur un très vaste territoire. Le coût total de l'opération, qui devrait s'achever en 2023, est estimé à 215 M€.

Des mois, des années même que les engins de chantier se croisent et s'entrecroisent sur le site du centre hospitalier Fleyriat, à Bourg-en-Bresse. Le chantier est pharaonique. Préparée sous la conduite du directeur de l'époque, l'emblématique Gilles Naman (aujourd'hui à la retraite), la restructuration de l'établissement a débuté en 2014 et devrait s'achever en 2023. La facture est colossale : 215 M€. Un niveau rarement atteint pour ce type de projets.

L'actuelle directrice, Corinne Krencker, a pris le relais à son arrivée en août 2014, en pleine phase de préparation de la réalisation du pôle médico-technique et logistique dont les travaux se sont achevés fin 2015. « L'hôpital dispose depuis d'un bâtiment moderne et adapté aux conditions de travail, explique-t-elle. Un nouveau service des urgences, un nouveau bloc opératoire, des locaux entièrement revus pour la dialyse, la pharmacie et la stérilisation. La logistique, la cuisine et le service d'hébergement pour l'endocrinologie et la néphrologie ont également été concernés. Le principe était de regrouper ».

La fin programmée de l'hôtel-Dieu

2017 a vu l'ouverture de la Maison médicale de garde, rapidement prise d'assaut en raison de la pénurie de médecins de ville. La démographie médicale dans l'Ain est en effet l'une des plus mauvaises de France. Du coup, les urgences sont surchargées : « En quatre ans, l'activité a progressé de 35 %, constate Corinne Krencker. La population est de plus en plus demandeuse. Un gros travail de pédagogie est à faire. Nous essayons de voir comment des médecins peuvent exercer à la fois en libéral en ville et à l'hôpital. C'est aussi une façon d'attirer des jeunes diplômés. Panacher les deux activités apporte de la sécurité et de la qualité. Le choix de leur statut est en discussion. Le projet pourrait voir le jour dans le deuxième semestre de cette année ».

Il y a quelques mois, le bâtiment - baptisé Tempo - a ouvert ses portes. Il est actuellement utilisé comme « bâtiment tiroir » : « Pendant la durée de leurs travaux, les services en chantier s'y installent, poursuit la directrice. Actuellement, sont concernés la neurologie, la cardiologie, le service post urgences et la cancérologie. Le temporaire cessera en 2022. Tempo recevra alors la gériatrie, située pour le moment dans les locaux du vieil hôtel-Dieu, dont nous sommes propriétaires, et dont une partie est classée Monument historique. Il est appelé à être désaffecté et mis en vente ».

2019 sera l'année de la préparation du chantier de construction en 2020 d'un Service de soins de suite et de réadaptation (SSR). Avec 136 lots, il étoffera l'offre ambulatoire qui ne cesse de progresser. Jusqu'à présent, c'est l'hôtel-Dieu qui est compétent en la matière. La conséquence sera une réorganisation des services, concentrés dans les établissements du plateau d'Hauteville. Le financement sera assuré par l'Agence régionale de Santé (ARS), Fleyriat et l'association ORSAC, dont dépend (notamment) le Centre psychothérapique de l'Ain (CPA).

Des projets, encore et toujours

Depuis le 14 janvier, Corinne Krencker a pris ses nouvelles fonctions à la tête du Groupement hospitalier de Mulhouse sud, l'un des plus importants de France. Son successeur à Bourg devra terminer le travail de bâtisseur, tout en poursuivant la réflexion entamée l'été dernier sur le projet d'établissement pour les cinq prochaines années. La modernisation de la prise en charge suivra son cours, en partenariat avec les grands établissements lyonnais, les neuf du Groupement hospitalier de territoire dont Fleyriat est la locomotive, et les médecins libéraux du secteur.

Quant aux projets, l'établissement n'en manque pas à en croire son ex-directrice : « Il n'y a pas que les bâtiments ! Les modes de prise en charge évoluent en fonction des besoins et des demandes de notre tutelle. Les séjours sont moins longs au bénéfice de l'ambulatoire et de l'hospitalisation de jour. Les retours de maternité (2 100 naissances en 2018) sont par exemple tombés à deux jours avec un suivi à domicile. La récupération d'une chirurgie orthopédique est de plus en plus rapide. Il s'agira aussi de développer l'unité de recherche clinique créée en 2018. Cela concerne la recherche médicale et la recherche soignant. Là encore, c'est une façon de convaincre les jeunes médecins de nous rejoindre. La recherche n'est pas que l'affaire des CHU ! »

Tous ces chantiers sont menés dans un contexte budgétaire des plus contraints. « À Fleyriat, dont le budget annuel tourne autour de 170 M€, précise Corinne Krencker, nous avons fini 2018 avec un léger déficit, bien inférieur à celui de 2017. En période de travaux, les dommages budgétaires collatéraux sont notables… L'activité est perturbée, éclatée. Nous avons été forcés de réduire nos capacités d'hospitalisation et les coûts se multiplient. Et comme dans tous les hôpitaux publics, l'ambulatoire se développe… mais rémunère moins ».

La facture de la restructuration du centre hospitalier de Bourg-en-Bresse est au final annoncée à hauteur de 215 M€, une enveloppe répartie ainsi : 67 M€ pour le pôle médico-technique et logistique ; 20 M€ pour le bâtiment Tempo ; 30 M€ pour le service de soins de suite et de réadaptation (SSR).




Jean-Marc PERRAT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer