AccueilActualitésChristelle Rozier : « Les entreprises ont conscience de l'importance de former les jeunes »

Christelle Rozier : « Les entreprises ont conscience de l'importance de former les jeunes »

Si, comme les autres filières, l'apprentissage a souffert de la crise, il est toutefois intéressant (et rassurant !) de noter que 86 % des entreprises qui avaient embauché un jeune ont bien prévu de poursuivre leur contrat (Source : Capeb). Christelle Rozier, présidente de BTP CFA Auvergne-Rhône-Alpes dresse un état des lieux de l'apprentissage et revient sur les annonces gouvernementales du 4 juin.
Christelle Rozier : « Les entreprises ont conscience de l'importance de former les jeunes »

Actualités Publié le ,

Comment se porte l'apprentissage après plusieurs mois de crise ?

On se félicite de constater qu'aucune rupture de parcours, liée au contexte, n'est à déplorer pour les contrats d'apprentissage en cours. Le calendrier initial a pu se maintenir grâce à la réactivité des formateurs à proposer des cours à distance. De plus, pendant toute la période de confinement, les entreprises ont su, pour la plupart, maintenir le lien avec leur apprenti.

Aujourd'hui, le mix « formation à distance / présentiel » continue dans les CFA, avec une attention particulière pour les jeunes qui passent leur diplôme. Les apprentis ont repris le chemin de l'entreprise avec enthousiasme et on les sent heureux de revenir à la vie « réelle », de toucher la matière, le concret... Quant aux entreprises, même si elles ont des craintes, elles ont plus que jamais conscience de l'importance de former les jeunes, qui permettront d'assurer la pérennité de leurs métiers dans le respect des traditions.

Le 4 juin, le gouvernement a présenté son plan de relance de l'apprentissage, comprenant notamment des aides financières élargies, ou encore un délai supplémentaire de six mois pour permettre aux jeunes de trouver une entreprise… Ces mesures vous satisfont-elles ?

Cette aide financière était sollicitée depuis longtemps par les entreprises. Elle nous réjouit. Le plan de relance apporte davantage de souplesse aux entreprises. Le délai supplémentaire permet à la fois à l'entreprise de prendre le temps de trouver le candidat idéal et au jeune, de chercher une entreprise à côté de son domicile.

L'aide financière supplémentaire représente une juste valorisation du temps passé par le maître d'apprentissage pour former le jeune, lui transmettre son savoir-faire, l'aider à s'approprier les outils… Des valeurs essentielles dans l'esprit des chefs d'entreprise et qui mérite rémunération.

Pour les entreprises n'ayant pas forcément de perspectives de chantier, prendre un apprenti pouvait s'avérer risqué. Nous avions constaté une baisse de 17 % des entreprises souhaitant recruter des apprentis au niveau des CFA. Douze jours à peine après l'annonce du plan de relance, on observe une recrudescence des demandes des entreprises, au même niveau qu'avant la crise.

Enfin, pour la première fois cette année, le gouvernement a décidé de transmettre la liste des choix d'orientation des jeunes de 3e aux CFA. C'est une grosse bataille que je menais : la liste sera disponible à partir du 1er juillet.

Vous vous investissez en parallèle dans la conduite d'une campagne de communication pour promouvoir l'apprentissage. Racontez-nous ?

C'est une campagne commune orchestrée par la Capeb, la FFB et les CFA. L'opération en est à sa finalisation et devrait sortir d'ici fin juin. Nous communiquerons via les réseaux sociaux, les médias, en privilégiant les familles, les entreprises et nos partenaires. Nous prévoyons aussi des soirées événement et des visites guidées. En tant que présidente de BTP CFA Auvergne-Rhône-Alpes, j'ai également sollicité la Région pour une campagne grand public.

Enfin la compétition WorldSkills sera une formidable vitrine pour promouvoir nos beaux métiers.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?