AccueilActualitésCommande publique : la FRTP lance un cri d'alarme

Commande publique : la FRTP lance un cri d'alarme

Au moment où la deuxième vague de coronavirus impose un nouveau confinement à l'économie hexagonale, la Fédération des travaux publics appelle les collectivités à soutenir l'activité de ses entreprises en relançant la commande publique.
Commande publique : la FRTP lance un cri d'alarme

Actualités Publié le ,

« La situation est plus que préoccupante ! » Pierre Berger n'entend pas s'embarrasser de formule, convaincu que l'heure est grave et que sans mobilisation générale des collectivités, les entreprises de travaux publics vivront une année 2021 dramatique. Portée par la commande publique, leur activité est aujourd'hui en danger en raison de l'arrêt brutal des projets de chantiers. « Depuis le début de l'année, au niveau national, la baisse est évaluée à 34 % et elle est même de 37 % dans notre région, tous maitres d'ouvrage confondus », assène le président de la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes.

Pour Pierre Berger, il ne fait aucun doute que les collectivités locales sont les principales responsables de cette terrible chute. Car ce sont bien elles qui constituent le principal vivier de commandes publiques pour les entreprises de travaux publics, quelle que soit la spécialité de ces dernières : routes, canalisations… « Si nous focalisons l'analyse sur les seules collectivités locales, la baisse est tout simplement de 50 % », insiste-t-il. Avec pour conséquence paradoxale d'amener des entreprises, dont l'activité a été jugée prioritaire par le gouvernement dans son plan de relance, à placer des salariés en chômage partiel.

Reprenant un discours qu'il maitrise à force de le répéter depuis des mois, le président de la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes rappelle que les finances des collectivités locales n'ont jamais été aussi saines depuis 10 ans. « Leurs capacités d'investissement et de désendettement se sont fortement améliorées ces dernières années, alors que la trésorerie de nos entreprises plonge, martèle-t-il. Dans ces conditions, il me semblerait normal de lancer un certain nombre de chantiers, sans mettre pour autant en danger leurs équilibres financiers. »

La (faible) éclaircie vient des conseils départementaux

Conscient que l'heure n'est pas forcément aux grands travaux, Pierre Berger souligne qu'un premier pas en avant pourrait être réalisé en relançant les chantiers d'entretien que nécessitent certaines infrastructures. A commencer par les ponts et les canalisations, dont l'état de dégradation inquiète partout sur le territoire national.

Faible éclaircie dans ce tableau bien sombre, Pierre Berger pointe du doigt l'effort que semblent vouloir réaliser les conseils départementaux. Pour l'heure, le recul de la commande publique émanant des Départements se limite à 16 %. « Et au cours des dernières semaines, ils ont même donné une inflexion pour relancer la machine », constate-t-il en souriant.

Un optimisme que René Coiro, président de la Section TP de BTP Rhône et Métropole, s'efforce d'entretenir en évoquant des lendemains plus souriants à partir du deuxième semestre 2021. « La nouvelle majorité métropolitaine annonce qu'elle va engager un effort exceptionnel pour assurer le développement du réseau de tramway. Cela constituera une bouffée d'oxygène pour nos entreprises. Mais rien ne bougera avant la fin de l'année prochaine et, en attendant, nos entreprises vont souffrir », conclut-il.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?