AccueilLoireCommande publique : dans la Loire, les professionnels du BTP inquiets pour 2023

Commande publique : dans la Loire, les professionnels du BTP inquiets pour 2023

La Fédération du BTP de la Loire et la CERC Auvergne-Rhône-Alpes ont présenté le 7 décembre l’Observatoire de la commande publique 2022. Si le bilan est "correct", les professionnels du BTP semblent inquiets pour 2023.
Didier Brosse, président de la FBTP42, Elise Régnier directrice de la DDT 42 aux côtés de Christine Gord (Banque de France) et de Jean-Michel Riaux, sous-préfet de la Loire
©FBTP 42 - Didier Brosse, président de la FBTP42, Elise Régnier directrice de la DDT 42 aux côtés de Christine Gord (Banque de France) et de Jean-Michel Riaux, sous-préfet de la Loire

Loire Publié le ,

Même si les chiffres de l’Observatoire de la commande publique concernent la période N-1 et attestent d’une première partie 2021 satisfaisante, le contexte économique de la fin d’année 2022 et les perspectives 2023, n’ont pas pu être éludés. Et ils suscitent l'inquiétude chez les professionnels du BTP de la Loire.

BTP Loire : "Il faut maintenir les investissements"

Le président de la Fédération du BTP Loirea martelé ce message : "Il faut maintenir les investissements en 2023 pour préserver l’économie du territoire". Au nom des 800 adhérents de l'antenne ligérienne, Didier Brosse n’a d'ailleurs pas caché son inquiétude, répétée à maintes reprises aux représentants des maîtres d’ouvrage, bailleurs sociaux, maires et élus de l’Association des maires de France, et des maires ruraux, présents autour de la table.


"En termes de volumes et de résultats, 2021 a été une belle année mais 2022 est différente, beaucoup d’entreprises sont en difficulté. Globalement, les entreprises du BTP de la Loire ont un carnet de commandes correct mais nous allons rencontrer une contraction sur le second œuvre sur le premier semestre 2023. Il faut donc que les appels d’offre arrivent au printemps pour ne pas observer un fléchissement l’été prochain"
.

Les maires, inquiets de la hausse des prix des matériaux et de l'énergie

Christine Gord, directrice du site ligérien de la Banque de France a temporisé : "Les banques continuent à distribuer les financements mais cela pourrait en effet se tendre en 2023. Pour l’instant, nous n’avons pas reçu d’alerte importante même si nous avons des points d’attention appuyés."

Les maires qui représentent avec les EPCI la majorité des maîtres d’ouvrage suivis par les bailleurs sociaux sont tout aussi inquiets face à la hausse des prix des matières premières et de l'énergie et la répercussion sur leur capacité d'investissement.


Elise Régnier, directrice de la Direction départementale des territoires 12 (DDT) animant la présentation, a attesté que le manque de visibilité pour la première partie 2023 demeure bloquante : "68 % des projets recensés n’ont toujours pas été renseignés ou planifiés sur les plateformes d’appel d’offre".

Les maîtres d'ouvrage de la Loire privilégient le critère prix

Selon les données collectées par la Cellule économique régionale de la Construction (CERC) auprès de 151 maîtres d’ouvrage qui ont répondu à l’enquête, 1 162 marchés ont été analysés pour 267 millions d'euros de travaux réalisés dans la Loire.

La première partie 2021 a été "traditionnellement" plus dynamique avec une concentration des opérations sur une courte période, de janvier à juillet.

Dans la Loire, 31 jours de délais de réponse aux appels d’offre sont accordés aux entreprises contre 131 jours de délai de notification. Un tiers des marchés publiés en 2021 concerne les logements sociaux, suivis des équipements collectifs puis des travaux de voirie et réseaux divers (eau, assainissement, etc.).

Les maîtres d’ouvrage ligériens continuent de privilégier "l’offre la moins disante", c’est-à-dire la moins chère pour réaliser leurs travaux. Le critère prix reste largement en tête devant le critère technique.

8 entreprises sur 10 retenues pour les travaux sont de la Loire

Pour autant, l’origine géographique des entreprises retenues fait état que 8 entreprises sur 10 sont issues du département de la Loire même si ce chiffre est légèrement en baisse en comparaison de 2020 (80 % contre 78 % en 2021). 9 marchés sur 10 sont attribués à des TPE et à des PME.

Quant à la révision des prix, la Loire n’y échappe pas : près de 4 marchés sur 10 ont mis en place une révision des prix qui concerne plus le secteur du bâtiment que des travaux publics.

Le volume des grosses opérations, l’aménagement de zones d’activités concertées par exemple, demeure faible dans la Loire. Elle concentre seulement dix projets pourtant structurants dans le territoire, avec un montant de travaux supérieur à 1,5 M€.

En termes de perspectives 2023, 269 M€ de travaux par la maîtrise d’ouvrage publique pour 235 projets répertoriés dans la Loire auprès de 116 opérateurs sont à venir concernant plus la construction neuve neuf dans le bâtiment que le secteur des travaux publics.

1,8 Milliard d'euros de chiffre d'affaires pour le BTP dans Loire

Le chiffre d’affaires 2021 du bâtiment et des travaux publics s’élève à 1,8 Md€ soit 8 % du chiffre d’affaires régional. La Loire compte 2 780 entreprises du bâtiment et des TP pour 16 390 salariés et 1 330 intérimaires (chiffres 2021).

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 janvier 2023

Journal du26 janvier 2023

Journal du 19 janvier 2023

Journal du19 janvier 2023

Journal du 12 janvier 2023

Journal du12 janvier 2023

Journal du 05 janvier 2023

Journal du05 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?