AccueilActualitésCovid-19 : un masque de protection réutilisable conçu en région Aura

Covid-19 : un masque de protection réutilisable conçu en région Aura

Depuis le 16 mars, un collectif d'acteurs économiques de la région Auvergne-Rhône-Alpes travaille à la conception et au déploiement à grande échelle d'un masque pouvant être utilisé une centaine de fois.
Covid-19 : un masque de protection réutilisable conçu en région Aura
© VOC-COV - Le masque OCOV est de type FM

Actualités Publié le ,

Sous l'impulsion et la coordination du collectif grenoblois VOC-COV, un collectif composé du CEA, de grandes entreprises (Michelin, ARaymond, Schneider), de PME (Ouvry, Sofileta) et d'institutions et collectivités (mairie de Grenoble, Région Auvergne-Rhône-Alpes, ARS, CHU GA, préfecture de l'Isère, ordre des médecins et Société française de médecine de catastrophe) s'est mis au travail il y a un mois dans le but de concevoir un masque réutilisable.

Appelé OCOV, entièrement développé et produit dans la région, ce masque économique et durable peut être fabriqué en grande quantité. Réutilisable jusqu'à cent fois grâce à cinq filtres lavables et interchangeables, son coût de revient est annoncé très compétitif.

Un taux de fuite cinq fois inférieur à la norme FF

À la différence d'un filtre de type FFP1 ou FFP2, constitué uniquement d'une matière filtrante, OCOV est un masque de type FMP1 ou FMP2, qui comprend une pièce faciale souple recouvrant le nez, la bouche et le menton, ainsi que des filtres remplaçables et réutilisables.

Le taux de fuite requis par la norme FM est cinq fois inférieur à la norme FF (< 2% pour FM et < 8% pour les filtres FF). La pièce faciale souple épouse la forme du visage et minimise donc le taux de fuite par rapport aux filtres FFP1 FFP2 ou d'autres masques lavables. Il assure une bonne étanchéité entre l'atmosphère ambiante et le visage du porteur (que la peau soit sèche ou humide et lorsqu'il bouge la tête). Il apporte également un excellent confort dans la durée.

Une industrialisation en moins de trois semaines

Pour mettre en œuvre ce projet, le CEA Grenoble a mis à disposition ses infrastructures et ses moyens de recherche et d'essais. S'appuyant sur son savoir-faire, qui a permis la réalisation rapide d'un premier prototype, les équipes de Michelin et du CEA ont été très vite mobilisées, ainsi que celles d'autres partenaires industriels régionaux. Cette réactivité a permis d'initier l'industrialisation du masque en moins de trois semaines.

Ouvry, PME lyonnaise spécialisée dans les équipements de protection biologique et chimique, a été choisie pour assurer l'industrialisation et la mise sur le marché de ce masque.

130 000 masques déjà réservés

Une pré-série de 5 000 unités de cette première version est en cours de fabrication. L'objectif de production est d'un million de masques par semaine courant mai, soit plus de cinq millions d'ici fin juin (l'équivalent de 500 millions de masques jetables actuels).

130 000 masques sont déjà aujourd'hui réservés. Michelin offrira une partie des masques commandés aux Agences régionales de santé.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?