Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Créer une entreprise de bâtiment

Publi-information - - Actualités

Créer une entreprise de bâtiment

Le secteur du Bâtiment et Travaux Publics attire de nombreux entrepreneurs et régulièrement un nouvel entrepreneur décide de créer une société de BTP ! Et si vous décidiez à votre tour de créer une société de BTP? Évidemment, cela ne s'improvise pas, mais avec ce guide pratique vous pourrez lancer sereinement et efficacement votre entreprise de BTP!

Quel est le profil idéal pour créer une entreprise de bâtiment ?

Il faut être formé ou expérimenté dans le secteur du BTP !

Pour créer une entreprise de bâtiment vous devez posséder les qualifications professionnelles nécessaires. Ainsi, il vous faut un diplôme comme un BEP, CAP ou BTS. Mais, aucun diplôme n'est nécessaire pour la déclaration de qualification si vous avez une expérience professionnelle d'au moins trois années dans le secteur du BTP.

Il faut être à l'aise avec les chiffres et connaître le secteur du BTP

Pour créer une société de BTP, vous devez être à l'aise sur le plan de la technique de construction mais aussi sur au niveau du management. Vous devrez donc avoir les capacités nécessaires pour maîtriser les budgets de chantiers mais aussi être en mesure de faire des devis, de mettre en place des prix cohérent par rapport à la concurrence tout en veillant à la rentabilité de la société. Vous devrez aussi connaître les outils nécessaires et réussir à anticiper vos besoins pour ne pas vous laisser dépasser en cas d'affluence de clients !

Pour créer une société de BTP vous devez trouver la meilleure forme juridique !

Pour réussir votre aventure entrepreneuriale vous devez trouver la forme juridique la plus adaptée à vos besoins et objectifs !

Le statut de micro entrepreneur

Ce statut présente un avantage important : tant qu'il n'y a pas de chiffre d'affaires, il n'y a pas prélèvement. Toutefois votre chiffre d'affaires ne devra pas excéder la limite de 32 900 euros. Sinon, vous passerez en entreprise individuelle classique. Ainsi, votre société sera soumise à l'impôt sur le revenu dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux. Il est important de savoir qu'avec ces deux types de statuts c'est le patrimoine personnel de l'entrepreneur qui sert de gage aux créanciers. Votre patrimoine personnel n'est donc pas protégé ! Si vous êtes seul, débutant et avec un chiffre d'affaire modeste, ce statut est idéal !

La SARL/EURL

Parlons maintenant de la SARL qui est actuellement la forme juridique la plus prisée en matière de BTP. La SARL a des avantages et inconvénients , elle est notamment idéale pour débuter. En effet ses statuts sont régis par la loi ce qui est sécurisant mais cette forme juridique est moins souple. En tant que gérant vous serez considéré comme TNS si vous êtes majoritaire. Si ce n'est pas le cas, vous aurez accès au régime général des salariés.

Aucun capital minimum n'est exigé pour créer une SARL et le montant en est librement fixé par les statuts. De plus la responsabilité des associés est limitée à leurs apports ce qui peut constituer une sécurité supplémentaire !

La SAS / SASU

Cette forme juridique présente plusieurs avantages. En tant que président vous aurez un régime social avantageux. En effet vous serez assimilé au régime général des salariés et payerez environ 65% de charges sociales sur votre rémunération, mais seulement 15,5% sur les dividendes. Qui plus est, c'est sans doute la meilleure option si vous voulez une vraie liberté de gestion. En effet sous cette forme, les actionnaires choisissent librement la nature et les fonctions de ses dirigeants mais aussi la façon dont seront discutées les décisions collectives. Cela exige donc tout de même une certaine expérience de gestion.

Quelles sont les démarches indispensables pour créer une société de BTP ?

Le stage préalable à l'installation et l'immatriculation

Vous êtes tenu de réaliser un stage préalable à l'installation (SPI) de 4 à 5 jours. Ce stage sera à faire avant votre immatriculation au Registre des Métiers. Ce stage, composé de cours concrets et théoriques a pour but de vous aider à maîtriser les conditions de votre installation, les problèmes de financement ou encore les techniques de prévision. Ce stage vous aidera aussi à connaître les données indispensables à la pérennité de votre entreprise. Son coût est compris entre 75 et 260 €. Vous serez dispensé de stage si vous prouvez une expérience professionnelle d'au moins 3 ans en qualité de travailleur indépendant ou de salarié dans le bâtiment ou une formation vous donnant le niveau attendu en gestion.

Puis vous pourrez procéder à l'immatriculation de votre société. Vous devrez enregistrer votre activité de prestations artisanales à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat (CMA). Vous réaliserez votre immatriculation au Répertoire des Métiers (cela coûte 130 €). Il est obligatoire de faire cela pour que votre déclaration d'activité soit complète !

Les assurances obligatoires et facultatives

Vous avez l'obligation de souscrire à une assurance responsabilité civile décennale. Cette assurance va permettre de couvrir pendant 10 ans après la fin de travaux les dommages qui mettent en danger la stabilité d'un ouvrage. Cette formalité est très importante, puisque l'Etat pourra faire des vérifications afin de s'assurer que vous avez bien souscrit à une assurance. De plus si vous utilisez des véhicules ou des locaux, avoir une assurance est nécessaire.

Il existe aussi des assurances facultatives, souscrire à certaines d'entre elles peut être un choix stratégique. Il s'avère souvent très utile d'assurer son gros outillage en cas de problème mais également son stock lorsque leur valeur sont conséquentes.




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer