AccueilActualitésCrise sanitaire et arrêt des chantiers : le Bâtiment répond à Muriel Pénicaud

Crise sanitaire et arrêt des chantiers : le Bâtiment répond à Muriel Pénicaud

Les organisations professionnelles de la filière réagissent suite aux propos tenus par la ministre du Travail sur LCI jeudi 19 mars, qui qualifie notamment l'attitude de certaines entreprises du bâtiment de « défaitiste ».
Crise sanitaire et arrêt des chantiers : le Bâtiment répond à Muriel Pénicaud
© David Morganti - Des propos "scandaleux" pour Jacques Chanut, président de la FFB

Actualités Publié le ,

Article actualisé le vendredi 20 mars

« Scandaleux », « insultant », « provoquant »... Les retours ne se sont pas fait attendre suite à la prise de parole de Muriel Pénicaud sur LCI ce jeudi 19 mars. Il faut dire que la ministre du Travail a tapé fort au micro de notre consoeur Élizabeth Martichoux. Interrogée sur la marche à suivre en période de crise sanitaire, elle en a appelé au « civisme » et à la « responsabilité collective des entreprises », avant d'égratigner le secteur du bâtiment - et plus particulièrement la Capeb - en se disant « scandalisée » que des fédérations d'employeurs incitent leurs membres à suspendre leur activité. « Cela, c'est du défaitisme », s'est-elle avancée.

Dans un communiqué conjoint du 17 mars en effet, la Capeb, la Fédération française du bâtiment (FFB) et la Fédération nationale des travaux publics (FNTP) ont appelé à une suspension temporaire des chantiers non urgents et à une période de réflexion d'une dizaine de jours afin de pouvoir s'organiser. Pour Patrick Liébus, président de la Capeb nationale, une telle réaction de la ministre relève de l'incompréhension totale. « Cela témoigne d'un mépris profond, et je pèse mes mots, pour ces artisans et ces salariés qui travaillent dans le bâtiment et n'ont jamais rien demandé », a-t-il réagi dans les colonnes de Batiactu.

Jacques Chanut n'a pas non plus tardé à s'exprimer : « Aucune de nos entreprises, aucun de nos artisans, ne se sont mis dans une position de tire-au-flanc face à la situation actuelle !, s'est indigné le président de la Fédération française du bâtiment dans une lettre ouverte. C'est la mort dans l'âme que nombre d'entre eux ont dû cesser leur activité et mettre leurs salariés à l'arrêt : ils n'ignorent pas les conséquences désastreuses de cette décision pour leur structure, mais ils font ce sacrifice en conscience et responsabilité. Envisager que certains d'entre eux aient pu le faire pour profiter des éventuelles largesses de l'État en matière de chômage partiel est insultant. Le bâtiment est une profession qui a toujours su répondre présent pour soutenir l'emploi, l'apprentissage, l'insertion professionnelle (...). Nous n'avons pas de leçon à recevoir : nous mesurons parfaitement le sens de l'épreuve. Le mépris affiché à notre égard depuis hier par les pouvoirs publics, dans le contexte que nous traversons, est d'une déloyauté sans nom. Il est aussi sans précédent. »

Par ailleurs, le président de la FFB rappelle avoir, dès le début de la crise sanitaire, « multiplié les contacts avec le ministère de l'Économie et les partenaires de la profession, notamment les négociants, pour tenter de maintenir les circuits de production ». Il réitère aujourd'hui sa demande d'une réunion d'urgence visant à définir des procédures de protection acceptées par tous. « Plutôt que de jeter l'opprobre sur tout un secteur en l'accusant (...) de désertion, efforçons-nous de trouver ensemble une ligne claire et cohérente ».

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?