Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Deux gymnases exemplaires

le - - Rhône

Deux gymnases exemplaires
© Julien Lanoo

Jeudi 29 novembre, le CAUE Rhône Métropole propose de visiter deux opérations en bois emblématiques de la Métropole de Lyon.

Prix régional de la Construction Bois Auvergne-Rhône-Alpes 2017 et surtout lauréat national, le gymnase Alice Milliat, livré en 2016, est implanté sur la ZAC du Bon Lait, dans le 7e arrondissement de Lyon. Construit en ossature bois avec une isolation en bottes de paille, ce gymnase est un monolithe, avec une enveloppe composée de tasseaux en mélèze pré-grisés, percé de larges baies en façade. La charpente est constituée par des poutres en bois d'épicéa lamellé-collé, trouée d'ouvertures de formes pyramidales pour baigner de lumière le terrain de jeu. Au mur, le revêtement en lames de bois ajourées garantit une acoustique de qualité. Ce projet, mené sous la maîtrise d'œuvre de Dietrich I Untertrifaller Architectes et de l'agence lyonnaise Tekhnê Architectes et avec le bureau d'études Arborescence, représente 624 m3 de bois consommés. D'une surface de 2 680 m2, le gymnase a coûté 5,23 M€ HT, dont 1,3 M€ HT pour le lot bois.

À Rillieux-la-Pape, le gymnase Hacine Chérifi, prix régional de la Construction Bois Rhône-Alpes 2015, a, lui, été réalisé par l'agence lyonnaise Tectoniques Architectes. Le coût des travaux de cet édifice de 2 500 m2 s'élève à 3,7 M€ HT, dont 1,15 M€ HT pour le lot bois. « La structure principale est formée par une série de portiques, eux-mêmes formés de poteaux moisés et de poutres treillis en lamellé-collé. Les 2 000 m2 de composants d'enveloppe sont préfabriqués sous forme de caissons et montés en mur-manteau autour de la structure. Le complexe comprend, depuis l'intérieur, les panneaux de trois plis épicéa posé sur lattage, le panneau OSB de fond de caissons, l'ossature des caissons de 36 cm de profondeur remplis en bottes de paille, un panneau isolant de 40 mm en fibres de bois, puis le pare-pluie et le bardage de plaques en trois plis douglas, sur lesquelles sont fixés des carrelets », décrypte Tectoniques.




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer