Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Développer l'usage du matériau bois

le - - Actualités

Développer l'usage du matériau bois
DR - 1 m3 de bois mis en oeuvre équivaut à 1 tonne de CO2 en moins dans l'atmosphère

Le bois a tout bon. Avec sa performance énergétique avérée, son empreinte carbone réduite, sa légèreté et sa préfabrication en atelier, gage de rapidité sur le chantier, il dispose de tous les arguments pour s'ouvrir de belles perspectives.

Au global, sur le secteur du résidentiel en France, la construction bois ne représente que 7,8 % du marché. Dans le secteur du non-résidentiel, cette part atteint 16,7 %, notamment grâce aux acteurs publics, de plus en plus nombreux à faire le choix de la construction bois. « Les équipements publics ont tiré les volumes. Sur le logement, nous sentons aujourd'hui un intérêt plus marqué », affirme Benjamin Mermet, prescripteur bois construction au Fibois Aura. Et, en effet, les perspectives sont prometteuses, tant la construction bois cumule des avantages auxquels sont sensibles les maîtres d'ouvrage, les promoteurs, les architectes, les résidents…

Au niveau des exigences environnementales, le bois fait figure de bon élève. « Son premier atout vert concerne le stockage du CO2. Pour pousser, l'arbre capte le carbone présent dans l'atmosphère et le stocke de manière durable, même après son abattage, pour être utilisé comme matériau de construction », explique Thierry Varachaud, ingénieur bois-construction et chargé d'affaires Sud-Est à l'Institut technologique forêt cellulose bois-construction ameublement (FCBA). Ainsi, 1 m3 de bois mis en œuvre équivaut à 1 tonne de CO2 en moins dans l'atmosphère. Ces points forts sont connus des experts sous les termes de séquestration et de stockage. Un troisième « S » complète le rôle positif du bois dans la préservation de l'environnement : la substitution. « L'effet substitution concerne les émissions évitées par l'usage du bois à la place de matériaux énergivores et émetteurs de carbone », détaille Thierry Varachaud. En matière d'économie d'énergie, les propriétés isolantes du bois sont reconnues, tout comme l'efficacité des différents systèmes constructifs pour atteindre les performances thermiques réglementaires. « Et en fin de vie de l'ouvrage, le bois peut être démonté et réutilisé. Les déchets deviennent ainsi des matières premières pour d'autres usages », indique Laurent Clère, gérant du bureau d'études Arborescence. Sur cet aspect du recyclage, beaucoup reste encore à organiser.

Plus léger, moins coûteux

Lors de la phase construction et chantier, le bois a, là encore, des atouts à faire valoir. « Ce matériau léger permet de réaliser des projets de surélévation sans remettre en cause la structure existante », souligne Benjamin Mermet. Plus aérien qu'une construction maçonnée, un bâtiment bois nécessite des travaux moins importants au niveau des fondations, et donc moins coûteux, surtout sur des terrains instables. La rapidité d'exécution offerte par le bois séduit aussi les professionnels. « La plupart des éléments peuvent être préfabriqués en atelier, ce qui assure cette réactivité », confirme le prescripteur bois construction au Fibois Aura. Le bâtiment à construire est hors d'eau dans des délais réduits, car sans temps de séchage, et les corps d'état du second œuvre peuvent alors intervenir immédiatement. Ce modèle constructif est également synonyme de moins de nuisances (les allers et venues de camions sont moins nombreux), et de moins de déchets. Pour les chantiers en ville ou sur des sites contraints, cet argument ne manque pas d'intérêt, notamment auprès des élus qui redoutent les réactions des habitants.

La construction bois en Aura

Selon l'Observatoire national de la construction bois, en 2016, la région compte 400 entreprises dans la construction bois qui réalisent 375 M€ de chiffre d'affaires. Sur les 9 680 maisons construites en bois en France en 2016 (secteur diffus), 2 280 ont été bâties dans la région, classant Aura en tête avec 16,6 % de parts de marché. La région prend également la première place sur le marché des logements collectifs en bois avec 1 880 réalisations sur un total de 8 960, soit 6 % de parts de marché. Enfin, sur le marché des extensions-surélévations bois, Aura se situe en 2e position avec 1 475 extensions-surélévations sur un total de 9 930.




Séverine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer