AccueilRhôneDocks Confluence Un quartier d'expérimentations et d'innovations

Docks Confluence Un quartier d'expérimentations et d'innovations

Les Docks mixent activités tertiaires, espaces culturels et lieux de vie. Pourtant, l'un des pôles les plus attractifs de la métropole n'a pas toujours été ce phare du rayonnement international de Lyon.
Docks Confluence Un quartier d'expérimentations et d'innovations

Rhône Publié le ,

Une bonne dose d'imagination, mais surtout une incroyable audace. C'est sans doute ce qui caractérise le mieux cette poignée de visionnaires qui, il y a bientôt vingt ans, ont fait le pari fou de transformer le Port Rambaud, délaissé et même malfamé. Aujourd'hui, le quartier des Docks de la Confluence est plutôt associé à la créativité, à la culture, aux activités économiques. Entre les deux, une décennie de travaux le long de la Saône, sur le quai Rambaud, pendant laquelle acteurs publics et privés se sont associés pour tout simplement oser.

« Peu de monde croyait à la réussite des Docks de la Confluence. C'était un risque politique pris par Gérard Collomb, mais aussi un risque économique pour les entreprises qui ont investi dans ce projet », rappelle David Kimelfeld. Au début de l'aventure, on retrouve donc l'ancien maire de Lyon, mais aussi François Bordry et Stéphane Keïta, à l'époque respectivement président de Voies Navigables de France et directeur régional de la Caisse des Dépôts. « Avec ses 8 hectares de friches industrielles, le site constituait une exceptionnelle réserve foncière pour le développement de la ville. En étant partie prenante du projet, VNF souhaitait que le projet se tourne vers l'eau », se remémore François Bordry, qui rêve alors de valoriser le patrimoine existant, mais aussi de construire de nouveaux bâtiments en associant des architectes et des artistes.

« La fermeture du Port Rambaud en 1997 avait laissé à l'abandon un vaste espace en bord de Saône. Nous avons développé un nouveau métier pour reconvertir ce site qui n'avait plus de vocation portuaire et nous nous sommes associés à la Caisse des Dépôts », explique Thierry Guimbaud, directeur général de VNF, qui n'hésite pas à parler de « projet laboratoire ». Le partenariat se concrétise par la création d'une société de portage, Rives et Développement, chargée de piloter l'opération de renouvellement urbain. « Nous avons réalisé un investissement de 240 M€ dans l'aménagement des Docks. Ce projet démontre également qu'œuvres architecturales et réalité économique ne sont pas incompatibles », souligne Philippe Blanquefort, directeur régional Auvergne-Rhône-Alpes de la Caisse des Dépôts.

Car toute la singularité du projet réside aussi là : mêler geste architectural et développement d'activités mixtes. « Nous avons inventé un nouveau morceau de ville où chaque bâtiment possède une empreinte forte. Les Docks sont un quartier à vocation économique et culturelle. Cette réussite a montré notre légitimité et notre crédibilité tout en donnant une nouvelle image de Lyon. C'est notamment grâce à ce projet que Lyon a une voix qui porte dans le concert des métropoles européennes », affirme le président de la Métropole. Parfois critiquée pour son côté anarchique ou avant-gardiste, l'architecture du site remporte aujourd'hui majoritairement l'adhésion des Lyonnais, comme des touristes. « Nous avons construit ce qui sera patrimoine dans cinquante ou cent ans », conclut Georges Képénékian, maire de Lyon.

Un écosystème riche et diversifié

Si les architectes et les artistes ont modelé le quartier, le monde économique a su se l'approprier. Des entreprises ont voulu associer leur image au dynamisme des Docks et disposer ainsi d'une adresse.

Dans les secteurs des médias et de la communication, Euronews, M6 web, Espace Group, Le Progrès, Nouveau Monde DDB, Esprit des Sens, Empreinte conseil, Niji, ADcom et Lusso ont élu domicile. Côté événementiel et culture, GL Events, le Rooftop 52, le Sucre, Arkane Studios, Supdemod ou encore RBC mobilier contemporain sont également implantés sur place. « Nous avons érigé un immeuble sur trois poteaux avec une structure métallique de 1 800 tonnes ancrée dans le sol. Ce bâtiment avant-gardiste, sans la moindre cloison autre que le verre, est le fruit du travail remarquable de l'architecte Odile Decq et projette l'entreprise vers l'avenir », déclare Olivier Ginon. Le président de GL Events n'a pas manqué de soulever l'épineux problème des transports et de la circulation dans cette zone qui reste enclavée. De grands noms des services ont aussi rejoint les Docks, comme le groupe immobilier Cardinal ou Acies consulting. Dans ce quartier qui ne dort jamais, de nombreux lieux de vie, comme des restaurants, des hôtels et des clubs, ont été ouverts. En tout, une quarantaine d'entreprises représentant quelque 2 000 emplois animent les Docks.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?