AccueilActualitésDominique Guiseppin : "On veut des actes concrets"

Dominique Guiseppin : "On veut des actes concrets"

Dominique Guiseppin, le président de la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes, souhaite que la voix des artisans du bâtiment soit entendue à l’issue de l'élection présidentielle.
Dominique Guiseppin : "On veut des actes concrets"

Actualités Publié le ,

Qu’attendez-vous réellement des candidats à l’élection présidentielle et plus précisément du prochain gouvernement ?

En termes de dialogue social, ce que l’on demande, c’est une équité entre tous. Une entreprise, une voix, pour nous c’est indispensable. L’équité doit aussi se faire au niveau des marchés publics, où les TPE ont besoin d’un juste accès à la commande publique. Nous souhaitons également une stabilité des mesures fiscales dans le temps. Quand on doit réexpliquer à nos clients que la réglementation en matière d’aides, de prêts, de certificats a encore changé, ils ont du mal à suivre. Ça change à chaque loi de finances et pour nous, ça devient beaucoup trop lourd.

"Que tous les marchés, publics et privés, soient soumis à des révisions de prix"

Vous militez également pour une plus grande simplification administrative…

C’est indispensable. Il faut davantage de lisibilité dans le quotidien des entreprises artisanales du bâtiment.

Avez-vous l’impression d’avoir été écouté par les différents candidats ?

Ecouté, plus ou moins, entendu, pas assez en tout cas. Ce que l’on attend, ce sont des actes concrets. Et une meilleure écoute. Par exemple, on voudrait être associés aux différents dispositifs mis en place, que ça soit le réemploi, la ZFE…

Le contexte international actuel bouleverse le monde du BTP, avec l’explosion des prix de certaines matières premières. Vous attendez, là aussi, un plus grand soutien de la part du prochain gouvernement ?

Oui. Il faut que tous les marchés, publics et privés, soient soumis à des révisions de prix, avec des indices qui paraissent très rapidement et pas tous les six mois. Concernant les carburants, on souhaite un soutien plus fort. Ça me paraîtrait normal que les entreprises qui ont besoin de se déplacer soient plus aidées que le particulier qui, lui, prend sa voiture pour aller se promener.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 29 septembre 2022

Journal du29 septembre 2022

Journal du 22 septembre 2022

Journal du22 septembre 2022

Journal du 15 septembre 2022

Journal du15 septembre 2022

Journal du 08 septembre 2022

Journal du08 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?