AccueilRhôneDu biogaz dans le réseau de la métropole de Lyon

Du biogaz dans le réseau de la métropole de Lyon

Les boues de la station d'épuration de la Feyssine permettent de produire un gaz vert désormais injecté directement dans le réseau de distribution de GRDF. Bienvenue à Aqualyon.
Du biogaz dans le réseau de la métropole de Lyon
© Séverine Renard - David Kimelfeld a procédé à la première injection de biogaz dans le réseau de gaz de la métropole

Rhône Publié le ,

En service depuis mars 2011, la station d'épuration de la Feyssine traite chaque jour 91 000 m3 d'eaux usées, soit l'équivalent de 35 piscines olympiques. Cet équipement, exploité par une filiale de Suez, est aussi producteur de biogaz. La production d'Aqualyon s'élève à 6,2 GWh/an, c'est-à-dire la consommation annuelle de 520 logements chauffés au gaz ou de 28 bus urbains roulant au GNV.

Issu des boues d'épuration acheminées jusqu'à un digesteur pour activer le processus de méthanisation, ce gaz « vert » était jusqu'à présent utilisé pour les besoins propres de la station. Mais faute de stockage suffisant, une partie de la production n'était pas valorisée. Désormais, le biogaz sera injecté sur le réseau de distribution après avoir traversé plusieurs étapes. Le gaz est d'abord séché et épuré grâce à des filtres à charbon actif, qui vont réduire le taux de soufre avant de passer par la filtration membranaire pour séparer le méthane et le biogaz. Enfin, le THT va « odoriser » le gaz pour le rendre détectable.

« Ce projet est un bon exemple d'économie circulaire avec une utilisation intelligente de la ressource. Cette installation fait partie des premières de France », s'est félicité Marie-Ange Debon. La directrice générale France Suez a salué les entreprises Maïa Sonnier et Provedal, qui ont pris part au chantier. Cet équipement a nécessité un investissement de 2,3 M€, dont 1,85 M€ pour les travaux. Pour le concrétiser, la Métropole de Lyon a reçu le soutien de l'Agence de l'eau Rhône Méditerranée Corse à hauteur de 1,3 M€ et de l'Ademe à hauteur de 40 000 €.

Pour David Kimelfeld, cette opération s'inscrit plus largement dans toutes les actions menées pour réduire les émissions de CO2, baisser la consommation énergétique et produire de l'énergie renouvelable. « Nous étudions d'autres projets de production de biogaz », a-t-il confié.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?