AccueilLoireEntre EIC-CEI et Juléo, le courant passe

Entre EIC-CEI et Juléo, le courant passe

Ce sont deux entreprises d'électricité bien installées sur le territoire ligérien, et elles ont décidé d'unir leurs forces pour continuer à se développer dans un contexte économique difficile. EIC-CEI et Juléo Electricité ne formeront, à la fin de l'année, plus qu'une seule entité.
Entre EIC-CEI et Juléo, le courant passe

Loire Publié le ,

Avant le déménagement de Juléo à Andrézieux-Bouthéon, les deux sociétés étaient voisines à Veauche, ont travaillé ensemble sur plusieurs chantiers, et les deux dirigeants se connaissent depuis de nombreuses années. Ce rapprochement n’est donc pas hasardeux, et s’inscrit dans un contexte particulièrement difficile pour les entreprises du BTP. « La période est très difficile pour nous », constate Thierry Vidonne, dirigeant d’EIC-CEI. « Les clients, en revanche, sont toujours plus exigeants et nous devons innover sans cesse. Aujourd’hui, nous ne pouvons plus faire du sur place ». C’est la raison pour laquelle il a pris la décision de fusionner sa société avec celle de Jérôme Teste. Juléo étant positionné plutôt sur le tertiaire et le logement, tandis qu’EIC-CEI est spécialisée dans l’industrie, la nouvelle société bénéficiera d’une offre complète. La nouvelle société offrira notamment une complémentarité intéressante sur le marché des magasins, sur lequel Juléo est très présent et que EIC-CEI cherche à développer depuis le rachat de la société Murat en 2009.

En fusionnant, les deux sociétés visent également des économies d’échelle, en se regroupant à partir du mois de septembre dans les locaux veauchois d’EIC-CEI, qui a aménagé une plateforme de 200 m² pour accueillir Juléo. « Cela nous permettra de rationnaliser nos moyens, et d’être plus forts en étant plus visibles sur le marché », espère Jérôme Teste. Les deux chefs d’entreprises, qui dirigeront cette entreprise à deux têtes, insistent sur le fait qu’i s’agit bien d’une fusion. « Une société ne va pas absorber l’autre », indique Jérôme Teste. « Nous conserverons le nom de nos deux marques, ainsi que l’organisation actuelle, avec nos équipes spécialisées dans leur domaine. » Les deux entreprises, de tailles équivalentes, représentent actuellement 3,5 millions d’euros de chiffre d’affaires et 25 salariés chacune. L’activité de production d’armoires électriques de CEI, actuellement indépendante, restera séparée.

« Notre objectif est de réussir cette fusion sans tout chambouler », ajoute Thierry Vidonne. « Ce rapprochement n’a pu se faire que parce que nousavions des valeurs communes. Nous dirigerons a société tous les deux, tout en maintenant le management participatif avec nos cadres qui existe déjà dans nos deux sociétés. Nous ne courons pas après le volume, notre but est de satisfaire nos clients tout en assurant la pérennité de nos sociétés.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?