Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Environnement La nature retrouve son chemin entre fleuve et montagne

le - - Savoie

Environnement  La nature retrouve son chemin entre fleuve et montagne
DR - L'écopont de Viry va être végétalisé pour assurer la continuité du corridor naturel

ATMB et l'État de Genève ont inauguré l'écopont de Viry, premier ouvrage dédié à la faune sauvage franchissant l'Autoroute blanche, qui relie les rives du Rhône aux contreforts du Salève.

Large de 25 m, l'écopont de Viry a pour vocation de restaurer un corridor, rompu jusqu'à maintenant, à destination de la faune régionale entre le massif du Salève, le Vuache et la plaine genevoise. Avec le double objectif d'assurer durablement la biodiversité locale, tout en améliorant la sécurité des conducteurs (en prévenant les collisions des animaux, mieux « canalisés »).

Un projet marquant à l'échelle transfrontalière, initié grâce aux contrats corridors du Grand Genève. Fruit d'une démarche progressive et concertée entre la Suisse et la France, il a pu voir le jour grâce au partenariat d'ATMB (Autoroute et tunnel du Mont-Blanc) et de l'État de Genève, co-financeurs à parts égales pour un montant de 4,3 M€. Les deux acteurs ont travaillé en concertation avec les partenaires locaux (monde agricole, chasseurs, associations naturalistes et collectivités territoriales) impliquées dans la biodiversité du secteur.

« Pour les équipes d'ATMB, cette inauguration n'est pas classique, reconnaît son président Thierry Repentin. L'ouvrage n'accueillera pas de véhicules, ne sera pas soumis à péage, ne sera pas déneigé, ne sera même pas emprunté par nos hommes en jaune. Il ne reliera pas les hommes, il reliera la faune et notre biodiversité. Au-delà de leur mission de mobilité et de sécurité, nos équipes portent une mission environnementale moins connue mais pourtant bien réelle, pleinement illustrée aujourd'hui ».

De son côté, Antonio Hodgers, conseiller d'État genevois en charge du département du territoire, souligne que « l'écopont de Viry est une réponse au développement d'un Grand Genève en mutation. Plus l'espace bâti augmente, plus les espaces pour la nature sont importants. Maintenir la qualité de notre cadre de vie implique de relever le défi des couloirs biologiques transfrontaliers pour préserver l'accès et la durabilité de notre biodiversité ».

Des mesures d'accompagnement

À cet égard, des suivis scientifiques, réalisés en 2016 par la fédération des chasseurs, puis en 2018 et 2019 par Apollon 74 et France Nature Environnement Haute-Savoie, ont permis d'identifier, sur le secteur, 101 espèces différentes – dont 24 mammifères sauvages, tels que le cerf, le chevreuil, le lièvre, le renard, le sanglier, le blaireau, le muscardin, mais aussi des amphibiens, reptiles et autres oiseaux.

Ce diagnostic avant travaux servira de référence pour le suivi étroit de l'efficacité de l'écopont, assuré dès sa mise en œuvre et sur plusieurs années, sachant qu'un équipement de ce type n'est efficace que s'il reste inaccessible au public (les animaux sauvages craignant une trop grande proximité avec les humains). En outre, afin de rassurer la faune et l'inciter à utiliser ce passage, des aménagements particuliers ont été pris en compte, tels que des barrières anti-intrusion empêchant l'accès aux engins motorisés, la mise en place de haies aidant le cheminement de la faune ou encore la création de mares et de caches pour les rongeurs et les lézards. Le pont sera richement végétalisé avec de semences de prairies issues de fleurs locales.

D'autre part, pour réduire les nuisances lumineuses et sonores, en particulier la nuit, des écrans opaques ont été érigés le long du pont, prolongés par une clôture permettant de canaliser les animaux sur l'ouvrage. Enfin, des haies plantées à l'automne (avec la participation de scolaires sensibilisés au sujet) assureront un corridor continu et guideront les animaux jusqu'à l'écopont. Autant de mesures susceptibles de permettre d'augmenter l'efficacité d'un ouvrage appelé, sans nul doute, à faire date.

© Bruno Fournier




Bruno FOURNIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer