Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Expert en ressources humaines, Mare Nostrum entre en bourse

le - - Rhône

Expert en ressources humaines, Mare Nostrum entre en bourse

Spécialiste du travail temporaire avec une forte dominante dans les métiers du BTP, le groupe grenoblois s'est construit, en quinze ans, une réputation d'acteur global dans la gestion des ressources humaines. Sa cotation sur Euronext Growth, à compter de cette semaine, marque une nouvelle étape dans sa montée en puissance.

Né en 2004 de l'intégration, dans un même ensemble, du cabinet de recrutement Neptune RH (créé en 2002) et de la première agence de travail temporaire TridenTT (lancée un an plus tard), le groupe Mare Nostrum emploie aujourd'hui 270 collaborateurs et pèse 149 M€ de chiffre d'affaires.

Une force de frappe en grande partie tournée vers le BTP, comme le confirme son président Nicolas Cuynat : « Dans l'intérim, qui représente 92 % de notre activité totale, les différents métiers du secteur génèrent 74 % du CA. À l'origine, les travaux publics et le gros œuvre étaient nos deux spécificités. Mais, petit à petit, nous avons élargi nos secteurs d'intervention à d'autres domaines avec le second œuvre : électricité, menuiserie, charpente, façade, peinture… »

Ainsi structuré, Mare Nostrum a progressivement essaimé depuis son siège de Grenoble vers toute la moitié sud de la France. « Nous disposons de 96 implantations, dont une grande majorité dans l'Hexagone, mais avec des excroissances au Portugal, en Roumanie et en Pologne ». Pour prolonger cette dynamique, le président et ses trois associés ont décidé de faire appel au marché. Une entrée en bourse réussie sur Euronext Growth, où le groupe a levé 7,9 M€ en augmentation de capital.

Fort de cette nouvelle puissance de feu, Mare Nostrum entend conforter ses positions dans les cinq métiers qu'il développe : travail temporaire, recrutement, formation, portage salarial et mobilité professionnelle. « Les perspectives ne sont pas les mêmes, car les contextes diffèrent.

À terme, notre stratégie doit nous amener sur un équilibre 80/20. Notre activité formation, pour l'heure concentrée sur Grenoble, devrait progresser très rapidement », détaille Nicolas Cuynat. Cette accélération sera notamment portée par l'ouverture d'un second centre de formation à La Clayette (71) dès le 13 décembre. Un troisième site est d'ores et déjà en préparation à Montauban, au cœur d'une zone de 400 hectares. « Ce site, qui ouvrira ses portes en 2020, sera plutôt dédié à la logistique ».

Faire face à la pénurie de compétences

Jusque-là, Mare Nostrum s'était avant tout distingué par ses formations tournées vers les métiers du BTP. Frappés par la pénurie de compétences sur les chantiers, Colas et Eurovia sollicitent le groupe dès 2004 pour mettre en œuvre des formations en alternance, au travers de contrats de professionnalisation. « Nous avons formé une centaine d'ouvriers routiers par an pendant quatre ou cinq ans », précise le président. Avant d'enchaîner : « Dans un deuxième temps, nous avons accompagné un grand nombre d'entreprises du Dauphiné, aussi bien grands comptes que PME, en formant des ouvriers canalisateurs. Enfin, nous avons été interpelés par l'autre branche de notre spécialisation, le béton, et nous avons travaillé sur des formations d'ouvriers bancheurs… »

Mare Nostrum recrute et forme aussi à l'étranger

Pour faire face à la pénurie de main-d'œuvre qualifiée dans l'Hexagone, le groupe Mare Nostrum s'est implanté au Portugal dès 2008. « Attention, précise aussitôt Nicolas Cuynat, nous allons chercher de la ressource, mais les contrats pour porter cette ressource sont français. Il n'est pas question d'inonder les chantiers de contrats de détachement ». Pour mener à bien cette mission, le groupe grenoblois a mis en place un réseau, des bureaux à Lisbonne et Porto, des permanents…

Mare Nostrum a également installé un centre de formation à Barcelos, à 50 km au nord de Porto. Pour sécuriser son sourcing sur place, dans le cadre d'un parcours de formation de trois semaines, le groupe organise une première semaine sur place. À cette occasion, les futures recrues acquièrent des bases théoriques en organisation de chantier, culture administrative française, théorie sécuritaire sur les chantiers en France, etc.




Jacques DONNAY
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer