AccueilActualitésFabien Delorme, groupe Quartus : "Tous nos projets intègrent la dimension carbone"

Fabien Delorme, groupe Quartus : "Tous nos projets intègrent la dimension carbone"

Fabien Delorme, directeur général Auvergne-Rhône-Alpes de Quartus, fait le point sur la nouvelle stratégie du groupe, qui a fait de la réduction de l’empreinte carbone une priorité.
Le Pluriel, l’immeuble à ossature bois dans le quartier de Lyon Gerland imaginé par Quartus
DR - Le Pluriel, l’immeuble à ossature bois dans le quartier de Lyon Gerland imaginé par Quartus

Actualités Publié le ,

Le groupe Quartus a redéfini, il y a quelques semaines, ses objectifs et mis le bas carbone au cœur de ses préoccupations. Concrètement, comme cela se traduit-il ?

Notre philosophie de base, c’est comment transformer la ville en intra-muros. On est donc plutôt dans une logique de renouvellement urbain, c’est-à-dire garder ce qui peut l’être. On ne rase pas, au contraire, on essaie de réhabiliter.

"Chez Quartus, tous nos projets intègrent la dimension carbone"

Sur la chaîne du carbone, c’est hyper important. Mais ça n’est pas tout puisqu’on va essayer de limiter l’impact carbone de toutes nos opérations, tout en conservant une qualité d’architecture.

A Lyon, les immeubles en construction bois sortent de terre

Pour ça, Quartus essaie de travailler sur les matériaux ?

Bien sûr. On ne pourra pas atteindre les objectifs carbone élevés que l’on s’est fixé sans utiliser du biosourcé, du géosourcé… A Lyon, notre siège de Gerland a été construit en bois, avec des dalles de réemploi pour le faux plancher... C’est le seul immeuble de bureaux de ce type dans la région, labelisé bâtiment bas carbone. Et ça, nous l’avions imaginé il y a trois ou quatre ans, avant même que tout le monde ne se mette à parler de construction bois. Aujourd’hui, tous nos projets intègrent la dimension carbone.

Fabien Delorme, directeur général Auvergne-Rhône-Alpes de Quartus ©Antoine Doyen

D’autres projets de ce type sont en cours dans la Métropole de Lyon ?

Oui. A Vénissieux notamment où nous avons gagné un gros dossier de 180 logements. On a fait le choix de travailler sur un immeuble mixte, avec une structure en béton poteaux-poutres et une ossature bois. Pour nous, c’est presque un classique. A côté de ça, à Gratte-Ciel, on imagine construire deux bâtiments en béton de chanvre, sur du R+19. Ça serait une première nationale.

Des écologues sur les futurs projets Quartus

La réversibilité des bâtiments est aussi au cœur de vos préoccupations…

Oui. Un immeuble réversible peut vivre 150 ou 200 ans sans problème. Donc nous essayons d’imaginer des bâtiments qui peuvent s’adapter à différents usages. C’est-à-dire des bureaux qui pourront devenir des logements, des socles qui peuvent avoir plusieurs vies et accueillir des commerces… Pour ça, on travaille des hauteurs sous plafond plus généreuses, des espaces extérieures dans les bureaux, des façades qui peuvent se déplacer… Notre président appelle ça des immeubles agnostiques.

Quartus annonce également faire appel à un écologue pour tous nouveaux projets, dès 2023. Pourquoi ?

Il travaillera, au côté du paysagiste, sur la faune et la flore présentes ou que l’on peut faire revenir. Son rôle sera de prendre en compte le vivant dans nos projets de construction.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 décembre 2022

Journal du01 décembre 2022

Journal du 24 novembre 2022

Journal du24 novembre 2022

Journal du 17 novembre 2022

Journal du17 novembre 2022

Journal du 10 novembre 2022

Journal du10 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?