AccueilActualitésCovid-19 : FFB et Capeb Aura demandent l'arrêt officiel des chantiers pendant le confinement

Covid-19 : FFB et Capeb Aura demandent l'arrêt officiel des chantiers pendant le confinement

Selon les organisations professionnelles du bâtiment et des travaux publics, les conditions sanitaires exigées ne peuvent être réunies sur la très grande majorité des chantiers. Les deux instances demandent à l'État la fermeture des chantiers pendant la période de confinement et l'élargissement du bénéfice du chômage partiel pour les entreprises et artisans de la filière.
Covid-19 : FFB et Capeb Aura demandent l'arrêt officiel des chantiers pendant le confinement
DR - Respecter les mesures sanitaires sur les chantiers ? Pas si simple...

Actualités Publié le ,

Article actualisé vendredi 20 mars

« Au moment où l'État s'apprête à déclarer l'urgence sanitaire, l'heure n'est plus aux demi-mesures, qui ne permettent pas d'assurer la sécurité immédiate des salariés et compagnons ! » Dans un communiqué conjoint daté du 19 mars, la Fédération française du bâtiment Auvergne-Rhône-Alpes et la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes réclament instamment l'arrêt officiel des chantiers et ce, pour toute la durée du confinement.

Lundi 16 mars, lors de son allocution aux Français, le Président Emmanuel Macron a en effet lancé un appel à la responsabilité de tous pour respecter des consignes strictes afin de limiter la propagation du Covid-19. Or, pour les organisations professionnelles du bâtiment et des travaux publics, force est de constater que les conditions sanitaires exigées ne sont que très difficilement applicables sur une très grande majorité des chantiers : travail chez des particuliers confinés (qui par ailleurs annulent les interventions), partage d'espaces de travail restreints sur les chantiers de construction ou de rénovation avec l'interaction de plusieurs corps d'état, déplacement impossible des équipes car aucune entreprise ne peut disposer d'un parc automobile suffisant... Les entrepreneurs et artisans constatent par ailleurs l'impossibilité de se procurer des moyens de protection individuelle (gels, voire masques).

Quid de la responsabilité morale ?

« La première préoccupation des entrepreneurs et artisans du bâtiment de la région Auvergne-Rhône-Alpes est de prendre leurs responsabilités vis-à-vis de la santé de leurs salariés et de la lutte contre l'épidémie. Aussi, lorsque les conditions sanitaires n'ont pu être réunies, les entrepreneurs et artisans ont dû prendre des décisions d'arrêt de leur activité pour respecter les consignes données par les pouvoirs publics », rappellent Capeb et FFB régionales.

Pourtant, ce jeudi 19 mars, l'État - par la voix de la ministre du Travail Muriel Pénicaud - rappelle la nécessité de maintenir l'activité des chantiers, alors même que la profession exprime la difficulté de réunir les conditions minimales de sécurité sanitaire. Une position que les acteurs du bâtiment jugent « incohérente au regard des déclarations du Président de la République et de celles du Premier ministre ». « Comment exiger d'un entrepreneur ou d'un artisan qu'il prenne seul la responsabilité morale et pénale d'envoyer ses compagnons sur des chantiers dans lesquels les conditions de sécurité ne peuvent être réunies ? », avancent de concert fédération et confédération régionales.

À l'exception des interventions urgentes, la FFB Auvergne-Rhône-Alpes et la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes demandent instamment à l'Etat la fermeture des chantiers pendant la période de confinement et l'élargissement du bénéfice du chômage partiel pour les entreprises et artisans du bâtiment. Et ce « conformément aux déclarations du Président et du gouvernement qui assuraient, il y a encore quelques jours, le soutien plein et entier de l'État ».

Cette prise de position est pleinement partagée par la Fédération régionale des travaux publics (FRTP) Auvergne-Rhône-Alpes, qui a participé à la réflexion et à cette prise de position commune.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?