AccueilActualitésFlorence Rivaud-Moulin : "Encourager les femmes à imaginer leur avenir dans la construction"

Florence Rivaud-Moulin : "Encourager les femmes à imaginer leur avenir dans la construction"

Florence Rivaud-Moulin, co-présidente du Cercle de Zaha, promeut le leadership au féminin dans les métiers du bâtiment et développe les relations d’affaires entre ses membres.
Florence Rivaud-Moulin : "Encourager les femmes à imaginer leur avenir dans la construction"

Actualités Publié le ,

Quelles sont les ambitions du Cercle de Zaha ?

Le Cercle de Zaha est un réseau de femmes chef d’entreprise ou avec un haut niveau de responsabilités dans les secteurs de l’immobilier, de la construction et des métiers connexes comme l’architecture, l’urbanisme, l’aménagement, le paysage… Le Cercle de Zaha est né en 2013 sous l’impulsion de Séverine de Fontgalland, gérante de Matière 2 Com, Nora Tellis, manager Sud-Est grands comptes chez Modulyss, et moi-même, présidente d’Urban Flow. Notre objectif est d’offrir aux femmes un espace pour réseauter, partager et faire du business ensemble.

La solidarité est une valeur essentielle"

Aujourd’hui, nous comptons 140 membres à Lyon et dans le sillon alpin. Nous organisons des visites de chantier et des rendez-vous techniques qui sont autant d’opportunités pour nous connaître, échanger sur nos expériences, promouvoir nos talents, renforcer nos expertises, s’interroger sur les enjeux du secteur… Et parce que la solidarité est une valeur essentielle, nous avons mis en place des commissions pour parler de nos difficultés, faire découvrir aux jeunes les arcanes de nos métiers, encourager les femmes à imaginer leur avenir professionnel dans notre secteur.

Les membres du Cercle de Zaha lors d'une visite de chantier.

Pouvez-vous présenter votre concours international d’idées en architecture ?

Après un premier concours d’idées en architecture au niveau national en 2020, nous lançons une deuxième édition à l’échelle internationale, toujours sur la question du genre. Le thème exact est "La ville ensemble, toutes et tous. Concevoir des espaces non-genrés exemplaires". Le concours est né du constat que l’usage de l’espace public semble répondre, consciemment ou inconsciemment, à des normes de genre.

"L’ambition du concours est de renforcer le réflexe d’égalité femme-homme"

Les hommes et les femmes ne se déplacent pas de la même façon dans la ville, n’utilisent pas les mêmes lieux, ne s’installent pas aux mêmes endroits, ni de la même manière… et ils ne sont pas exposés aux mêmes difficultés, notamment sur les questions de sécurité. L’ambition du concours est de renforcer le réflexe d’égalité femme-homme dans la pensée et la pratique des acteurs de la conception/construction des espaces publics, de favoriser l’innovation avec des solutions originales pour inventer de nouveaux espaces attractifs et égalitaires, de révéler les jeunes talents en leur offrant un tremplin.

Quel espace urbain avez-vous choisi pour ce concours et comment participer ?

Nous avons retenu la gare Saint-Paul à l’entrée du quartier touristique du Vieux-Lyon. Les abords de ce lieu sont sous-exploités, c’est un peu un no man’s land. Les réflexions pour dynamiser et favoriser l’inclusion dans cet espace promettent d’être intéressantes. Le concours est ouvert aux étudiants et jeunes diplômés de moins de 3 ans des écoles d’architecture, de paysage et d’ingénierie de France et de l’étranger.

Délibération en octobre et remise des prix en octobre

Les équipes peuvent être complétées par des compétences d’autres disciplines comme l’urbanisme, le design, le digital… Les candidats doivent avoir moins de 30 ans et ont jusqu’au 26 mars pour s’inscrire. Le rendu des dossiers est fixé au 23 juillet et le jury délibérera en octobre pour une remise des prix en novembre. Ce jury se compose de Béatrice Vessiller, vice-présidente à l’urbanisme et au cadre de vie à la Métropole de Lyon, François Decoster, urbaniste et co-fondateur de l’AUC, Edouard Pernod, architecte chez Sud Architectes, Bertrand Vignal, architecte-paysagiste chez Base Paysage, Valérie Colomb, maître de conférence à Sciences Po Lyon, Camille Martinez, doctorante en sociologie du genre, et Florence Delaunay, adjointe aux droits et à l’égalité à la Mairie de Lyon.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

Journal du 28 avril 2022

Journal du28 avril 2022

Journal du 21 avril 2022

Journal du21 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?