AccueilRhôneGérard Collomb promet une métropole batisseuse

Gérard Collomb promet une métropole batisseuse

Invité de BTP Rhône et Métropole mercredi 15 janvier, le maire de Lyon s'est montré fidèle à l'image qu'il a patiemment dessinée depuis 2001 : celle d'un maire et d'un président du Grand Lyon, puis de la Métropole de Lyon soucieux d'embellir le patrimoine de son territoire.
Gérard Collomb promet une métropole batisseuse
Jacques Donnay

Rhône Publié le ,

Gérard Collomb l'assure : le prochain mandat métropolitain sera celui du bâtiment et des travaux publics. Devant les adhérents de BTP-Rhône et Métropole, l'actuel maire de Lyon, candidat au fauteuil de président de la Métropole au printemps prochain, a dévoilé une partie de sa feuille de route.

Et les grands projets, immobiliers et urbains, y tiennent une place non négligeable.

À commencer par cet Anneau des sciences, qui suscite d'interminables dé- bats. « Au moment de rejoindre le ministère de l'Intérieur il y a deux ans, j'avais tout prévu pour que les travaux de réalisation de l'Anneau des sciences soient lancés avant la fin de ce mandat.

Les études ont d'ailleurs continué et un certain nombre de sondages ont été réalisés. Nous avions tout pour démarrer », affirme-t-il. Le timing imaginé prévoyait en effet le lancement des appels d'offres à la fin du mandat en cours, voire au début du prochain.

Les multiples oppositions et les éventuels recours ne l'inquiètent pas ; Gérard Collomb entend bien mener le projet à son terme s'il retrouve le fauteuil de président de la Métropole. « Je suis un spécialiste des recours, rappelle-t-il en riant. Sur le grand stade, j'en ai eu 120 et nous avons quand même réussi à le réaliser, car nous bordons toujours nos dossiers le mieux possible juridiquement ».

Accélérer les marchés d'entretien

Après les entrepreneurs des travaux publics, le maire de Lyon a également rassuré la filière bâtiment. Interrogé par Norbert Fontanel, président de la commission Logement et Tertiaire, sur la chute des mises en chantier de logements et sur celle des autorisations, Gérard Collomb n'a pas escamoté la problématique.

Reconnaissant que la mise en œuvre du nouveau PLU-H avait eu un effet négatif et que les nouveaux projets ne seraient pas lancés dès le lendemain des élections locales, il a en revanche imaginé une solution pour atténuer ce double impact : l'accélération des marchés d'entretien.

« Cela tombe bien, car il y a beaucoup de bâtiments publics qui ont été construits il y a une cinquantaine d'années et qui sont relativement obsolètes.

Une partie importante de l'investissement des collectivités locales, et notamment de la Ville de Lyon, portera sur la remise à niveau de ces infrastructures : écoles, équipements sportifs, équipements culturels... L'avantage de ces marchés est qu'ils peuvent être lancés beaucoup plus rapidement que les grands projets. 2020 et 2021 seront des années de fort investissement pour la Ville de Lyon et je pense qu'il en ira de même sur les bâtiments de la Métropole », tranche- t-il.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?