Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

A Grenoble, l'Arlequin divisé en copropriétés pour préparer la réhabilitation du quartier

le - - Isère

A Grenoble, l'Arlequin divisé en copropriétés pour préparer la réhabilitation du quartier
Archives Grenoble Alpes Métropole/Lucas Frangella

Le projet global de renouvellement urbain des Villeneuves sur les communes de Grenoble et Echirolles, se poursuit, avec la scission des immenses copropriétés du quartier de l'Arlequin en plusieurs copropriétés indépendantes. Une nouvelle organisation pour plus de proximité dans la gestion de la rénovation des logements.

1 146. Soit le nombre de logements auparavant gérés par deux copropriétés sur le quartier de l'Arlequin. Les copropriétaires se sont réunis entre le 27 octobre et le 4 novembre, lors de 14 assemblées générales spéciales. Objectif : passer à sept copropriétés, dernière étape nécessaire avant de pouvoir lancer les travaux de rénovation prévus dès 2021, et qui s'étaleront jusqu'en 2024.


Cinq copropriétés indépendantes ont donc été créées, ainsi que deux ensembles de résidences, gérés par Actis et la SDH. Les cinq copropriétés créées comptent au total 586 logements, répartis en 350 logements privés et 236 logements locatifs sociaux. L'une d'elles est uniquement composée de logements privés, tandis que les quatre autres en possèdent autant que de logements locatifs sociaux.


Ce projet, au coeur du programme de renouvellement urbain des Villeneuves, est encadré par un Plan de sauvegarde (PDS), mené sous l'autorité du préfet de l'Isère. Dispositif unique en Isère, son principal atout est de financer, avec des aides importantes de l'Etat et des collectivités, la réhabilitation énergétique de logements privés qui vise un objectif énergétique inférieur de 20 % au niveau certifié BBC Rénovation, soit 77 kWhEP/m2 an. Les travaux doivent permettre de diviser par deux les charges de chauffage des copropriétaires.

Cette réhabilitation représente un investissement total de 45 M€. L'Agence nationale de l'habitat (Anah) finance près de la moitié du projet, Grenoble-Alpes Métropole 2,8 M€ et la Ville de Grenoble 1,1 M€.

Rénover les Villeneuves

Historique, la galerie de l'Arlequin a été construite dans les années 1970 sur sur le site où a eu lieu la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de Grenoble de 1968. Plusieurs bâtiments ont déjà été réhabilités ces trois dernières années. Des rénovations qui s'inscrivent dans le cadre du nouveau programme de renouvellement urbain de Grenoble-Alpes Métropole, qui engage différents partenaires pour les 10 prochaines années et sur un montant global d'investissement de 447 M€, sur trois sites (les Villeneuves de Grenoble et d'Échirolles, le quartier Mistral de Grenoble et le quartier Renaudie-Champberton-La Plaine à Saint-Martin-d'Hères).


Ce projet d'envergure doit transformer durablement ces quartiers prioritaires, renforcer leur attractivité, favoriser la mixité sociale et améliorer la qualité de vie des habitants. Au total, 191 M€ sont investis sur le quartier Villeneuve de Grenoble-Village Olympique, dont 94,2 M€ sur l'habitat public (4 M€ de la Ville de Grenoble et 7,8 M€ de la Métro) et 35,2 M€ sur l'habitat privé (1,5M€ de la Ville et 4,3 M€ de la Métro).

A quoi ressemblera la Villeneuve de Grenoble ?

Sur le secteur Villeneuve-Village Olympique, la première phase du projet va permettre la réhabilitation de près de 1 300 logements sociaux (730 au Village Olympique et plus de 560 à l'Arlequin, dont 236 dans le cadre du Plan de sauvegarde). Elle comprendra aussi la reconstruction de 95 logements sociaux et des 276 chambres du foyer Adoma sur d'autres secteurs de la Métropole.

La seconde phase sera discutée dans le cadre de la clause de revoyure entre les différents partenaires et l'ANRU. Le Plan de sauvegarde, avec ses 350 logements privés, complètera le projet, pour une réhabilitation cohérente d'ensemble, parc privé et parc public, de la galerie de l'Arlequin. Ce Plan de sauvegarde est financé par l'Agence nationale de l'habitat (Anah), l'Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU), la Banque des territoires (Caisse des dépôts), l'EPFL du Dauphiné, Grenoble-Alpes Métropole, la Ville de Grenoble, Actis, SDH, Procivis Alpes Dauphiné, et les syndicats de copropriétaires.




Marie MALEYSSON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer