Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Grenoble : l'élargissement du pont de Catane, une opération hors norme

le - - Isère

Grenoble : l'élargissement du pont de Catane, une opération hors norme
AREA/WZA

AREA mène des travaux d'ampleur sur l'A 480 en région grenobloise. Le Pont de Catane a ainsi vu l'arrivée d'un nouveau module de 2 100 tonnes de béton à l'occasion d'une opération de haute précision.

Le pont du tram pour certains. Le pont de toutes les mobilités pour d'autres. Ou, tout simplement, le pont de Catane. Comptant parmi les éléments phare du projet de réaménagement de l'A 480 aux 100 000 usagers (qui passera à 2x3 voies), la structure entame sa troisième vie : l'ouvrage réalisé en 1956 avait été conservé lors de l'élargissement de 2005 (pour prolonger la ligne C du tram jusqu'à la rive gauche du Drac), qui anticipait déjà le futur de l'A 480.

Pour que soient menés ces travaux d'adaptation, le pont de Catane a fermé ses portes au trafic routier le 20 juillet, entre Grenoble et Seyssinet-Pariset. Les automobilistes doivent ainsi emprunter l'itinéraire de substitution, qui passe par le pont du Rondeau, plus au sud. Une fermeture qui court jusqu'au 18 septembre et qui a aussi vu la coupure temporaire du tram C, remplacé par des bus relais entre Vallier-Libération et Le Prisme.

L'occasion d'adopter de nouveaux réflexes de mobilité

Piétons et cyclistes peuvent continuer à circuler dans les deux sens : AREA, en collaboration avec Grenoble-Alpes Métropole, le Syndicat mixte des mobilités de l'aire grenobloise (SMMAG) et la Sémitag, a en effet souhaité prioriser les modes de déplacements alternatifs à la voiture, conformément au plan de déplacements urbains de l'agglomération. Les travaux du pont de Catane sont l'occasion d'adopter de nouveaux réflexes en termes de mobilité, avec comme alternative le vélo, la marche ou les transports en commun.

Si l'ouvrage construit en 2005 lors des travaux du tramway était déjà adapté au passage à 2x3 voies de l'A 480, celui de 1956 s'est vu compléter le 17 août par un module de 18 mètres de long et 21 mètres de large, comprenant la dernière pile du pont et sa culée.

Plus de 2 000 tonnes de béton

Les 2 100 tonnes de béton été déplacées en une heure (en tout), avec une marge d'erreur de deux centimètres seulement pour s'accoler à l'ouvrage de 2005 tout en prolongeant celui de 1956. Pour transporter le module en béton, il a fallu 900 tonnes de poutrelles métalliques, 72 essieux, 12 chariots autoporteurs, 72 vérins hydrauliques. Soit une opération haute en technicité et en précision. Objectif : prolonger pour mieux durer.

Dans le même temps, le SMMAG renouvelle la chaussée du tramway et la modernise en posant de nouveaux rails sur le tablier du pont. Grenoble Alpes Métropole est également de la partie, avec la rénovation de l'étanchéité et des quatre joints de chaussée qui relient les tronçons du pont de 1956.

Ces trois chantiers sont entièrement coordonnés pour mutualiser les travaux et les planifier efficacement, de manière à limiter la gêne et les nuisances occasionnées. Un mur antibruit et végétalisé complète le secteur. Une fois l'aménagement terminé, le pont de Catane reprendra tous ses usages.

Un projet global

Parmi les autres phases du projet : un nouvel écran, enfin, pour le quartier Mistral de Grenoble. Une fois entièrement déconstruit, le long mur gris cèdera la place à un écran acoustique de huit mètres de haut, qui sera végétalisé côté ville. Pour améliorer la qualité de vie des riverains, l'ouvrage devra être construit avec des matériaux récents et performants.

L'impressionnant chantier du viaduc de l'Isère se poursuit également cette année, avec la construction des quatre nouvelles piles qui permettront le passage de la troisième voie de circulation. Les ouvrages seront reliés entre eux en 2021, et une passerelle sera construite.

Les chiffres d'un tour de force technique

  • 10 000 usagers, une ligne de tramway, une piste cyclable, un trottoir.
  • Un module en béton armé de 18 mètres de long et 21 mètres de large.
  • 2 100 tonnes de béton.
  • 210 kg/m3 d'armatures en acier.
  • 6 500 tonnes de terre à évacuer.




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer