AccueilIsèreGrenoble : mesurer la pollution en toute mobilité

Grenoble : mesurer la pollution en toute mobilité

Si la qualité de l'air préoccupe, des outils existent déjà pour la sonder. Sur le territoire de la Métro, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes gère l'observatoire de la qualité de l'air.

Isère Publié le ,

Le tout grâce à des stations de mesures fixes et une chaîne de modélisation numérique. Initié par Transdev, le dispositif GreenZenTag complète les outils existants. Cette expérimentation inédite a démarré le 19 décembre et fonctionne grâce à des micro-capteurs installés sur le toit des trams. L’objectif : mesurer en temps réel et géolocaliser la pollution de l’air. « Informer permet de mobiliser », a rappelé Yann Mongaburu lors du lancement de l’expérimentation. 5 700 mesures vont être réalisées. Elles seront transmises et confrontées aux outils de l’observatoire d’Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, qui devra évaluer par la suite la plus-value apportée par le dispositif. Si l’expérience est probante, le système pourrait être développé dans des communes dépourvues de capteurs fixes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 26 mai 2022

Journal du26 mai 2022

Journal du 19 mai 2022

Journal du19 mai 2022

Journal du 12 mai 2022

Journal du12 mai 2022

Journal du 05 mai 2022

Journal du05 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?