AccueilIsèreGrenoble prendra de la hauteur en 2024 !

Grenoble prendra de la hauteur en 2024 !

Le projet de liaison aérienne par câble porté par le SMMAG devrait être mis en service d'ici quatre ans. Initiative grenobloise par excellence, elle réunit un ensemble d'acteurs ultra-locaux, parmi lesquels le groupe Poma et Groupe-6 Architectes.
Grenoble prendra de la hauteur en 2024 !
La future station Oxford

Isère Publié le ,

On ne l'appellera plus Métrocâble, mais bien T1. « La future liaison par câble [qui reliera Fontaine La Poya à Saint-Martin-le-Vinoux, Ndlr] s'inscrit dans un nouveau réseau de transport public, dont les lignes s'étaleront du T1 au T9, avec des lignes de tram, renommées, qui se connecteront au T1. De même, une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) se connectera à la station Oxford, ce qui permettra une liaison directe Montbonnot - Saint-Martin, sans rupture de charge, puisque le temps d'attente sera très faible grâce à des passages chaque minute », se réjouit Yann Mongaburu, président du Syndicat mixte des mobilités de l'aire grenobloise (SMMAG).

La future station Oxford / © Groupe-6

Construit sur une zone en plein développement, la Presqu'île scientifique, caractérisée par des obstacles naturels et artificiels (Drac, A480, voie ferrée…), le T1 doit répondre à une augmentation des besoins en mobilité. « Nous avons dix ans pour relever le défi des mobilités décarbonées, avec 6 000 nouveaux habitants et 5 000 nouveaux emplois à venir sur cette zone, soit autant de personnes qui auront besoin de se déplacer. En parallèle, un ensemble de services de mobilité sera développé, avec un service public de covoiturage, le redéploiement des bus à la mise en service du T1, la prolongation des itinéraires chronovélo… »

Un transport intégré dans l'environnement

S'il est un critère majeur au cahier des charges, c'est bien l'intégration environnementale du transport, de manière à préserver la vie des riverains, la faune et la flore environnantes. Avec, pour cela, des matériaux privilégiant l'harmonie visuelle et le confort sonore et intégrant des dispositifs d'optimisation énergétique.

Les stations seront dotées d'un bardage en bois et l'ensemble comprendra des toitures-terrasses, ainsi que des pieds de pylônes végétalisés. Les quais centraux seront, eux, conçus de manière à limiter l'emprise sur l'espace public au sol.

« Ce projet représente la reconnaissance de ce mode de transport comme étant pertinent dans l'intermodalité urbaine. De plus, nous ne travaillons pas qu'à la construction : nous accompagnons aussi l'exploitation et la maintenance. Nous serons là pour la vie de l'appareil. Au vu de l'amplitude horaire de l'exploitation, il faut que ce dernier fonctionne et nous avons fait des choix en ce sens. Nous ne sommes pas que des rêveurs, mais aussi des réalistes », déclare Jean Souchal, président du directoire de Poma, dont le siège est installé à Voreppe. La stratégie d'innovation du groupe s'axe d'ailleurs toujours plus fortement autour de l'usager des transports. « Avec le Covid-19, on sent bien que l'on est passé dans un autre monde, celui de la mobilité facile et agréable ».

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 janvier 2022

Journal du20 janvier 2022

Journal du 13 janvier 2022

Journal du13 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 30 décembre 2021

Journal du30 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?