AccueilActualitésHamo+ veut revitaliser une friche industrielle en Auvergne-Rhône-Alpes

Hamo+ veut revitaliser une friche industrielle en Auvergne-Rhône-Alpes

Le concept d’Hamo+ apporte une solution clé-en-main pour bâtir, à coûts et délais maitrisés, des quartiers autonomes en énergie tout en évitant l’étalement urbain et l’artificialisation des sols.
Hamo+ veut revitaliser une friche industrielle en Auvergne-Rhône-Alpes
Hamo+

Actualités Publié le ,

Le projet Hamo+ est né de la rencontre entre le groupe EverWatt, spécialisé dans la décarbonation des territoires, et le cabinet d’architectes X-TU Architects. Pour construire de nouveaux lieux de vie, Hamo+ souhaite se positionner sur des friches industrielles à revitaliser autour d’un concept d’aménagement durable.

Généralement bien positionnées en couronne de grandes métropoles, ces friches industrielles constituent des sites parfaits pour reconstruire la ville sur la ville en évitant l’étalement urbain, en réutilisant le patrimoine existant et en mettant en œuvre des solutions pour la neutralité carbone.

En France, l’Ademe recense plus de 17 000 friches industrielles, mais Hamo+ se concentre d’abord en Auvergne-Rhône-Alpes où, dans le cadre du plan de relance, une première phase de subventions de 28,69 M€ a été débloquée pour le recyclage foncier des friches.

"Hamo+ s’adresse aux collectivités territoriales qui souhaitent redynamiserleurs territoires et redonner une valeur sociale et environnementale à leurs terrains etbâtiments laissés à l’abandon, tout en atteignant leurs objectifs de développementdurable", confirme André May, président d’EverWatt et co-fondateur d’Hamo+.

Construction hors site en filière sèche

Développé sur des terrains d’au moins 2 hectares, le concept d’Hamo+ rebâtit un quartier autour de différents principes. Dans une démarche de développement durable, les projets sont à énergie positive. "Grâce à des installations de panneaux photovoltaïques sur les toits et des ombrières de parking, Hamo+ couvre la totalité de la consommation des habitants et permet de vendre, à moindre coût pour la collectivité locale, le surplus d’énergie produit", explique Anouk Legendre, fondatrice de X-TU Architects et co-fondatrice d’Hamo+.

Toujours dans une optique de respect de l’environnement, mais aussi de préservation de la biodiversité et de lutte contre les îlots de chaleur, les quartiers sont déminéralisés au profit du végétal. "Les eaux grises traitées et les noues filtrantes irrigueront les jardins et les potagers qui contribueront à rafraîchir l’écosystème", détaille Anouk Legendre.

Les nouvelles constructions sont entièrement réalisées en filière sèche grâce à un système d’éléments modulaires préfabriqués en atelier avec des matériaux biosourcés. "Si la structure est identique afin de réduire le temps de chantier et d’optimiser les coûts, nous avons créé une collection d’architecture pour les façades et les toitures afin de nous adapter aux particularités locales", fait valoir l’architecte.

En fonction des régions, les matériaux privilégiés seront donc différents. En plus des logements, les sites pourront accueillir un village d’artisans, des commerces, un espace de coworking afin de favoriser le vivre-ensemble.

 Une boîte à outils pour définir un projet

"Notre objectif est de répondre aux attentes écologiques des élus avec un outil pour les aider à faire leurs choix. Chaque composante d’un projet est pré définie et chiffrée pour permettre un déploiement rapide et à moindre coût", souligne Anouk Legendre qui compare la solution à "une sorte de BIM d’aménagement". Hamo+ donne ainsi naissance à des quartiers clés-en-main avec des coûts et des délais maîtrisés pour les partenaires territoriaux.

Grâce à un système industrialisé et à l’effet d’échelle, le temps de chantier est réduit et les tarifs d’achat sont très compétitifs. "Les prix de vente, aménagement compris, se situent à 1 630 €/m2", indique la co-fondatrice. Reste à trouver une première collectivité partenaire pur faire la preuve du concept.

 

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?