AccueilActualitésIl n'y a plus de bitume !

Il n'y a plus de bitume !

Des problèmes d'approvisionnement actuels s'ajoutent à la difficulté d'un secteur d'activité qui exerce un métier de proximité au service des collectivités et qui emploie 12 000 salariés non délocalisables et les empêchent de travailler au service des usagers de la route.
Il n'y a plus de bitume !

Actualités Publié le ,

De nombreuses centrales d’enrobage sont en rupture d’approvisionnement de bitume, matière première indispensable à la production d’enrobés destinés à l’entretien des routes et des voiries, qui représente 80% de l’activité. En six ans les entreprises de l’industrie routière ont subi une baisse d’activité de 30% qui s'est traduite par une perte de 2 000 emplois au niveau régional. Les problèmes d’approvisionnement actuels s’ajoutent à la difficulté d’un secteur d’activité qui exerce un métier de proximité au service des collectivités et qui emploie 12 000 salariés non délocalisables et les empêchent de travailler au service des usagers de la route.

Alors que la profession semblait percevoir au 1er semestre 2016 les signes très légers d’un redémarrage, les entreprises de l’industrie routière en Rhône-Alpes sont frappées de plein fouet parl’arrêt complet de 5 raffineries - dont celle de Feyzin - sur les 8 que compte le pays depuis le 23 mai dernier. Trois raffineries sont encore bloquées. Les blocages des ports de Marseille et du Havre par les dockers en grève qui empêchent les pétroliers d’entrer . « C’est une prise en otage économique. Notre activité de production d’enrobés dépend à 80% du pétrole ! Ces comportements sont totalement irresponsables car les conséquences seront du chômage et à terme la disparition d’entreprises, à commencer par nos TPE PME qui font vivre des milliers de familles en Rhône-Alpes. Et à supposer qu’un déblocage des raffineries survienne, il faudra au minimum 10 jours pour ressortir des produits bitumineux ! » s’indigne Philippe Puthod, Président du SPRIR Rhône-Alpes. Si la situation ne s’améliore pas c’est l’ensemble du territoire national qui va être touché au détriment de l’emploi et de l’économie. La perte d’activité est difficile à mesurer pour l’instant mais il est sûr qu’à un moment où les entreprises pressentaient pouvoir travailler sereinement, tous les efforts de l’année disparaissent. Et si cette situation perdure, il est à craindre que des PME en viennent à déposer le bilan faute d’activité. Une situation extrêmement pénalisante dans un contexte économique difficile pour les travaux publics : en 30 ans le secteur n’a jamais connu une baisse d’activité aussi forte !

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?