Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

Julien Fehr-Koebel (Pelletier) : « Anticiper la reprise en assurant la sécurité de nos équipes »

le - - Savoie

Julien Fehr-Koebel (Pelletier) : « Anticiper la reprise en assurant la sécurité de nos équipes »
DR

Moins d'une semaine après le début du confinement imposé par le gouvernement, le directeur général du groupe Pelletier (Méry, Savoie) a mobilisé ses équipes pour définir les conditions optimales de reprise de l'activité en toute sécurité.

Comment avez-vous accueilli la décision gouvernementale d'arrêt de tous les chantiers ?

Nous avons passé la journée du 17 mars à mettre tous nos chantiers en sécurité. En l'absence de directives claires, nous avons traversé les trois journées suivantes dans le flou. Puis nous avons décidé de nous organiser en amont pour rebondir le plus rapidement possible. Dès le 23 mars, nous avons rapatrié une partie de nos équipes d'encadrement au bureau, afin de réfléchir aux modalités de la reprise. Nous voulions définir le plus rapidement possible les règles qui nous permettraient de rouvrir les chantiers tout en assurant la sécurité de nos équipes, dès que le gouvernement donnerait le feu vert.

Quelles mesures concrètes avez-vous prises pour préparer cette reprise ?

Comme nous avons beaucoup d'espace dans les locaux que nous occupons depuis l'année dernière, nous avons pu faire revenir 80 % des effectifs administratifs d'encadrement dès le 30 mars, en mettant en place un protocole sanitaire très strict dans les bureaux, avec la création de flux de circulation, l'instauration de distanciation physique avec des bureaux individualisés, des marquages au sol… A partir de là, nous avons anticipé le redémarrage des chantiers en passant des commandes de gel hydroalcoolique, de casques avec visière, de masques et de matériaux de construction pour éviter la pénurie sur chantier.

Nous étions certes en attente du guide de préconisations édicté par l'OPPBTP pour assurer la sécurité sanitaire sur les chantiers, mais nous avions déjà défini notre protocole par anticipation.

Ce qui vous a permis d'organiser le retour de vos collaborateurs sur les chantiers ?

Tout à fait. Le vendredi 3 avril, nous avons formé nos chefs de chantier aux préconisations du guide OPPBTP, en intégrant également les protocoles sanitaires que nous avions définis. Le lundi 6 avril, ils ont transmis ces règles aux salariés qui étaient de retour sur le terrain. En effet, sur la base du volontariat - et j'insiste sur ce point -, nous avions 50 % de nos effectifs sur chantier dès cette date, ce qui nous a permis de rouvrir quatre chantiers en Savoie et en Haute-Savoie.

Pendant une semaine, nous avons pu faire le point sur ce qui marchait ou pas, et sur ce qu'il fallait améliorer. Et dès le mardi 14 avril, nous avions 100 % de nos effectifs présents sur les chantiers. Je suis très fier de la réactivité et du travail accompli à ce jour par nos compagnons et notre personnel encadrant/administratif. Nous pouvons également remercier la Fédération française du bâtiment, qui joué un rôle crucial dans la reprise nationale.

Avec des protocoles de sécurité sanitaires très stricts ?

Oui, bien entendu. Nous fournissons à chacun un nombre de masques suffisant tous les jours, ainsi que des paires de gants, des petites fioles individuelles et rechargeables de gel hydroalcoolique. Dans le même temps, nous avons équipé les bases vie et chaque étage de travail avec du désinfectant, des rouleaux de papier, des poubelles, etc.

J'attends de voir comment va évoluer la situation, avec la montée en puissance des autres intervenants, la reprise des fournisseurs avec les délais de fabrication et les fortes chaleurs... Mais pour le moment, tout se passe bien !

Le groupe Pelletier en bref

Présidé par Patrick Pelletier, le groupe Pelletier emploie 90 collaborateurs permanents pour un chiffre d'affaires consolidé proche des 50 M€. Autour de la société mère Barel et Pelletier, spécialisée à l'origine dans la maçonnerie (depuis 1986), mais qui assume aujourd'hui le rôle d'entreprise générale, il fédère une société d'ingénierie du bâtiment (Bâti.P) et une société de promotion immobilière (La Cascade). Basé à Méry, près d'Aix-les-Bains, il intervient aussi bien dans l'immobilier de montagne que dans le tertiaire, l'hospitalier, les bâtiments publics et techniques…




Journal du Bâtiment et des Travaux publics LA RÉDACTION

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Journal du Bâtiment Journal d'annonces légales et d'informations sur la filière BTP en région Rhône-Alpes

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer