AccueilActualitésL'ADEME : de l'énergie à revendre

L'ADEME : de l'énergie à revendre

En charge de l'application des politique publiques de l'environnement, de l'énergie et du développement durable dans l'Hexagone, l'Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie participe au financement des projets, de la recherche jusqu'à la mise en œuvre.
L'ADEME : de l'énergie à revendre
ADEME - Jérôme d'Assigny, directeur régional de l'ADEME

Actualités Publié le ,

Présente sur deux sites en Auvergne-Rhône-Alpes, à Lyon et Clermont-Ferrand, l'Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie (ADEME) apporte son expertise aux entreprises et aux collectivités locales dans leurs démarches environnementales respectives. Dans le périmètre d'action qui lui a été attribué par l'État, l'ADEME participe ainsi au financement de projets qui touchent à la gestion des déchets, à la préservation des sols, à l'efficacité énergétique et aux énergies renouvelables, aux économies de matières premières, à la qualité de l'air, à la lutte contre le bruit, à la transition vers l'économie circulaire et à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Autant de tâches que Jérôme d'Assigny, à la tête de la direction régionale, et ses équipes structurent autour de trois grandes thématiques : « La transition énergétique, tout d'abord, avec une dimension liée aux actions à mener sur les bâtiments et sur la chaleur renouvelable. L'économie circulaire, ensuite, où nous avons pour objectif d'engager un nouveau modèle de développement économique au travers d'une meilleure maitrise des flux dans l'entreprise : comment éco-concevoir les produits, comment transformer les déchets que l'on produit en ressource… ? Enfin, l'accompagnement des territoires avec la mise en œuvre d'actions portant sur la qualité de l'air, sur le transport, sur la mobilité et sur l'aménagement du territoire ».

Le rôle central des acteurs locaux

Pour Jérôme d'Assigny, quelle que soit la thématique concernée, il est entendu que les acteurs locaux ont un rôle essentiel à jouer pour réussir la transition énergétique. « A partir de là, une direction régionale comme la nôtre doit les accompagner dans leurs projets », analyse-t-il. Cette intervention ciblée, l'ADEME a choisi de la décliner autour de deux axes prioritaires. Premièrement, en accompagnant les acteurs économiques locaux les plus précurseurs. Avec eux, l'agence détermine quel peut être le meilleur moyen pour les aider à pousser leur démarche encore plus loin. Deuxièmement, en participant à la généralisation de la transition écologique et au déploiement de la chaleur renouvelable sur tout le territoire, notamment au travers du fonds chaleur.

L'ADEME met l'accent sur les réseaux de chaleur

Élevé au rang de priorité national, le fonds chaleur a vu sa dotation globale portée récemment de 300 à 350 M€. En s'appuyant sur cette enveloppe, le gouvernement entend favoriser l'usage de la chaleur renouvelable, qu'il s'agisse de bois énergie, de solaire thermique, de géothermie… « Nous co-construisons, avec les acteurs locaux, des dispositifs qui vont les aider à mettre en place leur démarche », détaille le directeur régional de l'ADEME. Jeudi 20 février, ce volet de l'action menée par l'agence sera d'ailleurs au centre d'une journée d'information consacrée aux réseaux de chaleur en Auvergne-Rhône-Alpes. Organisée à l'hôtel de Région, cette réunion invitera représentants des collectivités, promoteurs, gestionnaires de patrimoine, industriels… à échanger pour amplifier la dynamique régionale.

« Nous constatons un véritable dynamisme régional sur cet axe de la chaleur renouvelable et notamment sur les projets liés au bois énergie. Nous sommes sollicités pour de nombreux projets, soit de densification de réseaux de chaleur, soit de renouvellement de réseaux de chaleur, ou de création de chaufferie bois. Et pas uniquement pour de très grands projets. Depuis peu, nous sommes en effet consultés pour de petits réseaux », souligne Jérôme d'Assigny.

Ainsi, l'année dernière, dans l'Isère, l'ADEME a été sollicitée pour deux dossiers fondamentalement différents. « Nous avons participé à la rénovation, la modernisation et l'installation de nouvelles chaufferies bois sur le réseau de Grenoble, qui est un très gros réseau de chaleur. Et dans le même temps, nous avons également aidé un petit réseau de chaleur à Moirans », ajoute-t-il.

Plus de 124 M€ investis sur le territoire national

Pour financer l'ensemble de ses interventions en Auvergne-Rhône-Alpes, l'ADEME peut compter sur un budget de l'ordre de 124 M€. Dans cet ensemble, un peu moins de 100 M€ sont directement gérés par les 40 collaborateurs de la direction régionale. « Le reste est piloté par nos collègues du siège nationale, mais il s'agit bien de sommes qui sont directement affectées à des projets portés et réalisés sur notre territoire. C'est le reflet du dynamisme régional et cela donne une idée exacte du poids de nos interventions dans l'espace géographique que nous couvrons », précise Jérôme d'Assigny.

Ainsi, en 2019, l'ADEME a mobilisé 17,8 M€ pour les investissements d'avenir engagés en Auvergne-Rhône-Alpes. De même, 8,7 M€ ont été investis par les autres unités de gestion de l'Agence. « Là encore, nous ne pilotons pas la gestion de ces sommes, mais elles sont bien affectées à notre territoire », ajoute-t-il. On retrouve notamment dans cette dernière catégorise les sites et sols pollués, puisque l'ADEME contribue à la mise en sécurité de sites orphelins.

L'ADEME au soutien de la filière hydrogène

Comme les réseaux de chaleur, l'hydrogène a été identifié comme un axe d'intervention prioritaire par l'ADEME Auvergne-Rhône-Alpes. En plein accord avec la démarche engagée par la Région, qui a conçu le projet Zero Emission Valley (ZEV), l'ADEME entend soutenir la filière hydrogène. « Il ne s'agit pas d'un appui théorique, mais d'un véritable engagement de notre part », assure le directeur régional de l'ADEME. Concrètement, l'agence a validé en début d'année un financement de 14,4 M€. Cette enveloppe portera à la fois sur le développement des infrastructures, avec un objectif d'installation de 20 stations à hydrogène alimentées par 15 électrolyseurs sur l'ensemble du territoire régional, mais aussi sur l'acquisition de quelque 1 200 véhicules à pile à combustible. Les aides financées par l'ADEME doivent permettre de compenser le surcoût lié à cette technologie encore peu commercialisée.

« La Région a conçu ZEV comme un démonstrateur à l'échelle régionale pour soutenir les acteurs industriels comme Hympulsion, Ataway, McPhy... Mais aujourd'hui ce n'est plus un démonstrateur ; c'est une réalité. Nous sommes passés au stade du développement d'une vision systémique de territoire sur la mobilité hydrogène. Et nous devons naturellement jouer notre rôle de facilitateur dans cette démarche », ajoute-t-il.

Sur le terrain, cette volonté de soutenir massivement la filière hydrogène s'est traduite par l'accompagnement de la société les Fromageries Occitanes, dans le Cantal. « Ils nous ont sollicités pour obtenir une aide, afin d'engager une étude de faisabilité pour la mise en place de capteurs numériques sur leur installation de lavage. L'étude a été concluante. Au final, ils ont réalisé un investissement qui leur permet de réaliser 11 % d'économie d'eau, mais aussi des économies d'énergie », conclut Jérôme d'Assigny avec satisfaction.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 juin 2022

Journal du30 juin 2022

Journal du 23 juin 2022

Journal du23 juin 2022

Journal du 16 juin 2022

Journal du16 juin 2022

Journal du 09 juin 2022

Journal du09 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?