AccueilActualitésL'Europe prête à financer 50 % des voies d'accès du Lyon-Turin

L'Europe prête à financer 50 % des voies d'accès du Lyon-Turin

Nul ne sait si les tiraillements internes au conseil italien pourraient aller jusqu'à remettre en cause la réalisation même de la liaison ferroviaire transalpine…
L'Europe prête à financer 50 % des voies d'accès du Lyon-Turin
© Michel Godet - Etienne Blanc, 1er vice-président de la Région

Actualités Publié le ,

Dans ce contexte tendu, la Région Auvergne-Rhône-Alpes, par la voix de son 1er vice-président Étienne Blanc, a pris une initiative pour tenter de relancer à nouveau ce dossier, en s'intéressant aux voies d'accès au tunnel transfrontalier, côté français.

La DUP (déclaration d'utilité publique) signée en 2013 fait état d'un coût de 7,7 Md€ pour cette partie du projet, allant de l'agglomération lyonnaise à l'entrée du tunnel de base, à Saint-Jean-de-Maurienne. Un coût que la Région entend ramener à… 4 Md€, grâce à un « phasage des travaux », des arbitrages réalisés dans la dernière partie du tracé comprenant notamment les trois tunnels de Chartreuse, de Belledonne et du Glandon.

À partir de ce chiffre et sans attendre les études qui préciseront les choix techniques (elles pourraient durer un an), le conseil régional a réussi a obtenir un « accord de principe » de la direction transports de la Commission européenne pour financer 50 % de cet investissement, soit 2 Md€.

Dans la foulée, la Région a écrit à la ministre des Transports Elisabeth Borne pour lui demander d'entamer les démarches officielles avec l'Europe, afin d'obtenir ces financements. Et que l'État lui aussi s'engage, dans l'idéal à hauteur d'1 Md€, le milliard restant devant être pris en charge par les collectivités concernées par le projet, après discussions sous la houlette de la Région. Bref, là encore, c'est pas gagné…

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?