AccueilActualitésL'UFME alerte sur l'utilisation des mousses expansives en aérosol

L'UFME alerte sur l'utilisation des mousses expansives en aérosol

À travers une fiche synthétique et pédagogique, le syndicat informe les professionnels sur les risques d'utilisation de ces produits pour le calfeutrement et l'étanchéité des menuiseries.
L'UFME alerte sur l'utilisation des mousses expansives en aérosol
DR - La mousse expansive n'est pas du calfeutrage

Actualités Publié le ,

« En tant que syndicat, nous ne pouvons laisser passer ces messages trompeurs qui desservent notre profession ». Philippe Macquart, délégué général de l'Union des fabricants de menuiseries (UFME), fait référence aux communiqués techniques véhiculés par un certain nombre de fournisseurs de mousses expansives en aérosol, « lesquels préconisent, sans aucune validation technique du CSTB ou du SNJF, l'utilisation de leurs produits pour le calfeutrement et l'étanchéité des menuiseries. C'est inacceptable ! »

Dans le DTU 36.5, rappelle le syndicat, seuls trois types de calfeutrements sont mentionnés : les mastics sur fonds de joint, les mousses imprégnées classe 1 et les membranes d'étanchéité. Tout autre système, tels que les mousses PU en aérosol ou produits à mémoire de forme, est donc à proscrire. « Nous ne le rappellerons jamais assez : le respect du DTU est indispensable, ajoute Philippe Macquart. Un calfeutrement entre gros œuvre et dormant par injection de ce type de mousse ne permet pas de satisfaire aux exigences d'étanchéité, ni d'assurer la pérennité de l'ouvrage. Les performances d'étanchéité à l'air et à l'eau ne peuvent pas être garanties par l'utilisation de ces produits ».

Pour sensibiliser davantage les professionnels, l'UFME a établi une fiche de recommandations baptisée « Quid des Mousses expansives en aérosol pour le calfeutrement des fenêtres ? » Destinée aux professionnels de la pose, cette synthèse – qui peut être téléchargée sur le site internet du syndicat – a été conçue pour les aider dans le choix des produits (mastic ou mousses imprégnées) au niveau des liaisons entre menuiserie et gros œuvre, dans les cas d'usage les plus couramment rencontrés. Ces recommandations s'appliquent pour tous les matériaux constitutifs des fenêtres, en neuf comme en rénovation.

« Tout professionnel de la pose doit être informé que l'utilisation de produits non conformes l'expose, en cas de litige, à une responsabilité totale et immédiate », conclut le délégué général.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?