AccueilCAPEBLa Capeb Auvergne-Rhône-Alpes réclame des mesures simples et pérennes

La Capeb Auvergne-Rhône-Alpes réclame des mesures simples et pérennes

Si, au premier trimestre 2017, l'orientation de l'activité économique s'améliore, le syndicat patronal attend des mesures fortes et concrètes du futur gouvernement pour relancer l'artisanat du bâtiment.
La Capeb Auvergne-Rhône-Alpes réclame des mesures simples et pérennes
DR - Bien qu'optimistes, Dominique Guiseppin et Alain Lacroix restent vigilants

CAPEB Publié le ,

« Notre enquête de conjoncture trimestrielle montre des signes encourageants sur le niveau d’activité, mais la tendance reste à confirmer », résume Alain Lacroix, vice-président délégué de la Capeb Auvergne-Rhône-Alpes. Si, pour 33 % des artisans interrogés, l’activité est jugée stable et si 19 % déclarent une amélioration, ils sont encore 35 % à estimer que la situation est difficile et 13 % très difficile. Logiquement, les carnets de commande sont aussi un peu meilleurs : 38 % des entreprises ont une visibilité supérieure à 3 mois, contre seulement 31 % au trimestre précédent. Cette légère reprise tarde toutefois à se faire sentir au niveau financier, avec des marges et une trésorerie encore fragiles : 47 % des artisans font état d’une trésorerie insuffisante ou faible et plus d’un tiers constatent toujours une dégradation de leurs finances. Même constat sur le front de l’emploi, où le frémissement profite d’abord à l’intérim. 25 % des artisans envisagent de recruter, dont 32 % en CDI, mais ce chiffre est en retrait de 2 points par rapport au 4e trimestre 2016. En revanche, 21 % pensent recourir à l’intérim, soit une hausse de 7 points ». « C’est le gros œuvre qui bénéficie le plus de la reprise. Le second œuvre continue de souffrir, notamment en raison de la multiplicité des entreprises et des prix bas », ajoute Dominique Guiseppin, président de la Capeb régionale, qui estime que « la dynamique de reprise reste à consolider ».

Dans le contexte électoral actuel, la Capeb a donc rédigé un agenda des priorités qui liste 50 propositions d’actions concrètes à mettre en place en 100 jours. « Dans chaque département, nous allons aller à la rencontre des candidats aux législatives pour relayer nos propositions », explique Dominique Guiseppin. Les mesures se déclinent autour de dix thèmes : Soutenir l’entreprenariat et l’emploi ; organiser une concurrence saine et loyale ; alléger le coût du travail ; réformer les systèmes sociaux ; simplifier le code du travail ; débloquer le financement des TPE ; concourir à la qualité des logements ; favoriser la visibilité des TPE ; soutenir la formation au sein de la branche ; développer la transmission au sein de la branche. Parmi toutes les propositions, certaines retiennent davantage l’attention de Dominique Guiseppin. « Il faut pérenniser la TVA à 5,5 % pour les travaux de rénovation énergétique et l’élargir aux travaux d’accessibilité et de maintien à domicile. Je souhaite aussi le retour à la défiscalisation des heures supplémentaires pour répondre à un surcroît d’activité ponctuel et l’abrogation du compte-pénibilité », détaille le président qui attend, de façon générale, des règles simples et pérennes.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?